Les autorités "ont peur" de faire un recensement du nombre d’esclaves en Mauritanie (Biram)

lundi 19 décembre 2016
popularité : 0%

Invité mardi dernier sur la RTBF (Radio-Télévision belge de la Communauté française), à l’émission "Face à l’info", le président de l’Initiative pour la résurgence du mouvement abolitionniste, Biram Dah Abeid, a affirmé que les autorités mauritaniennes avaient peur de faire un recensement du nombre d’esclaves en Mauritanie.

"L’UE et le PNUD ont proposé une enveloppe financière pour une enquête indépendante sur l’esclavage mais le gouvernement mauritanien s’est rétracté. Le gouvernement a peur que cette enquête indépendante révèle au monde l’ampleur de l’esclavagisme qui sévit dans les villes mauritaniennes mais aussi dans le monde rural en Mauritanie", a assuré M. Dah sur la RTBF.

"Notre organisation, bien qu’elle ne soit pas reconnue, bien qu’elle soit pourchassée, a tenté des recoupements pour un recensement. Ce recensement nous a donnés que 20% de la population mauritanienne sont des esclaves domestiques qui travaillent, sans repos, sans salaires, sans soins, subissent les viols, sont susceptibles d’être loués, d’être gagés, d’être vendus", a expliqué le leader abolitionniste.

"Les autorités mauritaniennes qui nient ces statistiques, nous les avons défiés", a expliqué Biram Dah Abeid, actuellement en tournée européenne pour sensibiliser l’opinion publique internationale sur la situation des droits de l’Homme en Mauritanie notamment sur la question de l’esclavage.

En 2013, Walk Free révélait dans une compilation intitulée "Global Slavery Index 2013" que 4% de la population mauritanienne était réduite en esclavage. Des statistiques balayées d’un revers de la main par les autorités mauritaniennes notamment par le président mauritanien, Mohamed Ould Abdel Aziz qui préfère parler de "séquelles" que de "pratiques" de l’esclavage en Mauritanie. "Il n’y a jamais eu de statistiques, déplorait en 2014 dans les colonnes du journal français La Croix, Me Fatimata Mbaye, mais l’esclavage est une réalité incontestable, sauf à faire œuvre de négationnisme."

Le 06 mars 2014, la Mauritanie avait adopté une feuille de route pour l’éradication de l’esclavage, élaborée avec l’appui de l’ONU. Le document porte sur la mise en œuvre de 29 recommandations qui visent à combattre l’esclavage et ses séquelles par une approche multisectorielle, au travers des domaines juridiques, économiques et sociaux.

Par Babacar Baye NDIAYE

cridem





Commentaires




New Page 1

Le Journal



   Politique  

Troisième mandat Acte II et Acte III

--------------------------

Scrutins de 2018 ou lecture croisée sur une reconfiguration

--------------------------

L’APP aux côtés de l’UPR lors du deuxième tour

--------------------------


   Economie  

Coopérativisme en Mauritanie, une autre vision du (...)

--------------------------

Mauritanie : 15 jours aux prestataires de transfert (...)

--------------------------

Leadership et éclairages sur le système bancaire en (...)

--------------------------


   Social  

Sit-In contre les inondations à Bassiknou

--------------------------

Mauritanie : Bouamatou s’engage aux côtés de l’opposition

--------------------------


   Culture  

Un nouvel Album de Coumba Gawlo

--------------------------

Dîner-gala très coloré de Coumba Gawlo avec une symbiose (...)

--------------------------


   International  

Délégation de l’Union européenne : Déclaration locale sur (...)

--------------------------

Mali : le président Ibrahim Boubacar Keïta investi pour (...)

--------------------------


   Médias  

Pétition Contre l’esclavage : Démenti au démenti du (...)

--------------------------

Misère et bonheur de la presse écrite

--------------------------


   Sport  

Les Mourabitounes au tournoi de Cotif Le sort du (...)

--------------------------

La Ligne régionale de Hand-Ball de l’Assaba élit ses (...)

--------------------------