Jugement en appel des treize militants antiesclavagistes : Un procès qui risque de ne pas en être un !

mardi 1er novembre 2016
popularité : 0%

les treize militants anti-esclavagiste condamnés à des peines de prison vont de nouveau comparaitre .le procés en appel démarrera le 14 novembre prochain à zouerate. Selon nombre d’observateurs, il s’agira d’un remake du procés de Nouakchott, à l’image de ce qui a été reservé à Biram Ould Abeid, il y’a deux ans quand sa condamnation a été confirmée en appel

Les treize militants anti-esclavagistes condamnés à des peines de prison vont de nouveau comparaître. Le procès en appel démarrera le 14 novembre prochain à Zouerate.
« Nous avons effectivement reçu les convocations pour ce procès prévu à partir du 14 novembre à Zouerate », informé Me Bah Ould M’Bareck, un avocat de la défense. Et selon une source judiciaire, « la Cour d’appel de Nouadhibou dont relève la région de Zouerate a décidé de se déplacer dans cette ville minière pour juger les militants anti-esclavagistes ».

Les treize militants (dont l’un est sous les soins médicaux) de l’Initiative pour la résurgence du mouvement abolitionniste (IRA), ont été condamnés en août dernier à des peines de 3 à 15 ans de prison par un tribunal de Nouakchott. Arrêtés pour leur implication présumée dans une manifestation violente survenue lors du déplacement forcé par les autorités, le 29 juin 2016, ils avaient été transférés le 28 septembre 2016 à Zouerate.

Les autorités les accusent de « rébellion, usage de la violence, attaque contre les pouvoirs publics, attroupement armé et appartenance à une organisation non reconnue ».

Le Haut-Commissariat aux droits de l’Homme des Nations unies est inquiet de la situation. Dans un communiqué rendu public la semaine dernière, il affirme que c’est un procès politique. « L’activisme anti-esclavagiste ne peut pas être un crime », dénonce l’institution onusienne. Elle pense que ce procès est « destiné à étouffer les groupes et individus qui favorisent les droits de l’Homme et qui s’opposent à des politiques gouvernementales ». Elle dénonce également un jugement qui est déjà entaché d’irrégularités et reste sceptique par rapport au lieu (Zouerate situé environ 700 km de la capitale) choisi par les autorités pour le déroulement du procès.

« L’esclavage constitue un crime contre l’Humanité. Il est imprescriptible », reconnaît le gouvernement. Il a été officiellement aboli en 1981 mais officieusement certaines pratiques liées à ce crime persistent. Néanmoins, la situation a évolué avec l’adoption en août 2015 de la loi faisant de l’esclavage un « crime contre l’Humanité ».
MOS





Commentaires




New Page 1

Le Journal



   Politique  

Troisième mandat Acte II et Acte III

--------------------------

Scrutins de 2018 ou lecture croisée sur une reconfiguration

--------------------------

L’APP aux côtés de l’UPR lors du deuxième tour

--------------------------


   Economie  

Anticiper sur la Mauritanie Post-gaz 2021

--------------------------

Coopérativisme en Mauritanie, une autre vision du (...)

--------------------------

Mauritanie : 15 jours aux prestataires de transfert (...)

--------------------------


   Social  

PELIMIR/ Boghé, des femmes rurales ambitieuses

--------------------------

Sit-In contre les inondations à Bassiknou

--------------------------


   Culture  

Un nouvel Album de Coumba Gawlo

--------------------------

Dîner-gala très coloré de Coumba Gawlo avec une symbiose (...)

--------------------------


   International  

Délégation de l’Union européenne : Déclaration locale sur (...)

--------------------------

Mali : le président Ibrahim Boubacar Keïta investi pour (...)

--------------------------


   Médias  

Pétition Contre l’esclavage : Démenti au démenti du (...)

--------------------------

Misère et bonheur de la presse écrite

--------------------------


   Sport  

Les Mourabitounes au tournoi de Cotif Le sort du (...)

--------------------------

La Ligne régionale de Hand-Ball de l’Assaba élit ses (...)

--------------------------