Journées pour la sauvegarde du Ksar de Tidjikja : « Les cadres haratines ont boycotté la manifestation », dixit Samory Ould Beye

jeudi 28 juillet 2016
popularité : 0%

Les cadres Haratine de Tidjikja ont boycotté « les journées pour la sauvegarde d’El Ghadima, ancien Ksar de Tidjikja » qui prennent fin aujourd’hui, 31 juillet, a déclaré Samory Ould Beye, président du mouvement El Hor, au reporter du Calame.
Ould Beye qui est cadre natif de la ville explique que les initiateurs ont dérogé à la règle dans la mesure où il était convenu, au départ de créer « un cadre de concertation inclusif » associant toutes les couches de la ville, mais que hélas, un groupe s’est arrogé la paternité de manifestation et a marginalisé les cadres haratines de Nouakchott et locaux.

Or, ajoute Ould Beye, l’ancienne ville de Tidjikja reposait essentiellement sur les bras des haratines des adwabas, situées tout autour du Ksar et que l’oued de Tidjikja, fondement économique de la ville est mis en valeur et exploité par les Haratines.
C’est eux et leurs braves femmes qui pratiquent l’agriculture sous palmiers, l’essentiel de l’artisanat et tiennent petit commerce dans les marchés de la ville. Comment peut-on parler de l’histoire de Tidjikja sans faire mention des adwabas habités par les haratines, sans associer leurs cadres à la préparation et à l’organisation des journées dédiées au plus vieux quartier de la ville, s’est interrogé, Ould Beye.

Pour sa part, Moctar Sidi Maouloud, vice président du parti El Moustaqbel en vacances à Tidjikja indique que son nom a été zappé de la commission de préparation, arrêtée depuis Nouakchott. Et d’ajouter, si j’ai tenu à assister à une réunion, tenue ce samedi soir, 2e jour de la manifestation, ici, c’est tout simplement, pour dénoncer la marginalisation dont nous sommes victimes, et partant, rétablir la vérité sur ce pan de l’histoire de la ville et la part active des haratine que certains veulent occulter.

Joint depuis Tidjikja par téléphone, l’un des membres de la commission d’organisation parle d’« allégations » avant d’ajouter que les cadres haratines sont effectivement présents dans les commissions, qu’ils peuvent émettre, comme tout le monde du reste, des critiques, mais qu’il n’a jamais été question de boycott effectif ou actif.

Source : Le Calame (Mauritanie)





Commentaires




New Page 1

Le Journal



   Politique  

Ghazwani, le meilleur choix après le meilleur des (...)

--------------------------

Mauritanie : un général en remplace un autre

--------------------------

Mohamed Abdel Aziz renonce à un 3ème mandat et ouvre un (...)

--------------------------


   Economie  

Les experts mauritaniens à l’école des changements (...)

--------------------------

Les femmes et les filles au cœur d’une rencontre des pays (...)

--------------------------

Mines : une transaction scellée autour de 1.180 tonnes (...)

--------------------------


   Social  

Le BIT forme des jeunes à Bassiknou et au camp des (...)

--------------------------

AMEM, le projet maghrébin de la migration du travail (...)

--------------------------


   Culture  

Coumba Gawlo présente son nouvel album « Terrou War » à (...)

--------------------------

Les doits de l’enfant à l’Assemblée nationale mauritanienne

--------------------------


   International  

Sénégal Présidentielle 2019 : Un Rapport tire la sonnette (...)

--------------------------

Exportations : premier convoi par voie routière vers le (...)

--------------------------


   Médias  

Esclavage en Mauritanie : la BBC piégée

--------------------------

Le président de la République sera présent à la marche (...)

--------------------------


   Sport  

Retour avec Dr.Bâ Mohamedou sur le détournement de 75.000 (...)

--------------------------

Cérémonie des Awards, une marque d’image du président de (...)

--------------------------