Général électrique

lundi 30 mai 2016
popularité : 0%

La Conférence arabe, prévue pour cet été, à Nouakchott, approche à grands pas, et l’on se démène pour accueillir, à peu près dignement, l’évènement.

Parmi les divers chantiers en cours, l’éclairage de la route de Nouakchott à l’aéroport international d’Oum Tounsi. On est confiant : en matière d’éclairage plus que tout autre, nul ne saurait mieux guider que notre guide éclairé et celui-ci a fait mettre en place, à la Somelec, une commission chargée de sélectionner l’entreprise la plus apte à assurer ces illuminations.

Consigne sultanesque : le cahier de charges ne doit cibler que des sociétés européennes. Condition respectée, à la lettre, par ladite commission et six d’entre elles ont manifesté leur intérêt. Après dépouillement, le beau-fils du Président, le mari d’Asmaa, se présente avec une offre… chinoise !

Bizarrement la même qui avait obtenu, il y a quelques années, le marché des six milles lampadaires dont le représentant n’est autre que… le fils du guide si expert en éclairage. Tel père, tel fils ; et tel fils, tel beau-fils, donc… Question lumière, tout est dans tout et réciproquement, aussi la commission reçoit-elle l’ordre – du DG, précisent nos sources européennes – d’attribuer le marché à la société chinoise qui reçoit, sans plus tarder, la lettre en ce sens, paraphée dudit DG.

L’astuce aura consisté à élaborer un cahier de charges ciblant des fabricants relativement chers, pour s’assurer que personne ne contacte une société asiatique compétitive et se garantisse, ainsi, l’attribution du marché, en arguant qu’à qualité égale, l’offre orientale supère largement aux offres européennes. Une ruse commerciale égarant la concurrence sur de fausses pistes, alors que la décision est déjà prise, en amont.

Lumineux… et rentable : un lampadaire chaque 23 mètres sur deux fois trente kilomètres – de chaque côté de la route, donc – cela fait plus de deux mille six cents lampadaires, au total. A l’analyse des chiffres, font remarquer nos sources, l’heureux beau-fils peut tabler sur un gain de mille euros par illumination, soit près d’un milliard de nos ouguiyettes, au final.

Facile, l’éclairage des fins de mois, quand on s’y met en famille si bien éclairée…

Ben Abdalla

Source : Le Calame (Mauritanie)





Commentaires




New Page 1

Le Journal



   Politique  

Troisième mandat Acte II et Acte III

--------------------------

Scrutins de 2018 ou lecture croisée sur une reconfiguration

--------------------------

L’APP aux côtés de l’UPR lors du deuxième tour

--------------------------


   Economie  

Coopérativisme en Mauritanie, une autre vision du (...)

--------------------------

Mauritanie : 15 jours aux prestataires de transfert (...)

--------------------------

Leadership et éclairages sur le système bancaire en (...)

--------------------------


   Social  

PELIMIR/ Boghé, des femmes rurales ambitieuses

--------------------------

Sit-In contre les inondations à Bassiknou

--------------------------


   Culture  

Un nouvel Album de Coumba Gawlo

--------------------------

Dîner-gala très coloré de Coumba Gawlo avec une symbiose (...)

--------------------------


   International  

Délégation de l’Union européenne : Déclaration locale sur (...)

--------------------------

Mali : le président Ibrahim Boubacar Keïta investi pour (...)

--------------------------


   Médias  

Pétition Contre l’esclavage : Démenti au démenti du (...)

--------------------------

Misère et bonheur de la presse écrite

--------------------------


   Sport  

Les Mourabitounes au tournoi de Cotif Le sort du (...)

--------------------------

La Ligne régionale de Hand-Ball de l’Assaba élit ses (...)

--------------------------