Situation critique en Gambie : Sauve qui peut des Mauritaniens

jeudi 19 janvier 2017
popularité : 0%

Depuis la semaine dernière, les Mauritaniens résidant en Gambie sont de plus en plus nombreux à quitter ce pays. Nombre d’entre eux rencontrés, soulignent en substance que c’est une vraie situation de guerre qui règne sur place.
La Gambie et son président Yaya Diamé se préparent à la confrontation contre les forces étrangères de la CEDEAO qui se prépareraient à l’attaquer. Il faut craindre un véritable bain de sang d’autant plus que les soldats fidèles au président sortant semblent être prêts à tout. ! Ce sont en substance les propos que nous avons recueillis jeudi dernier au Débarcadère de Rosso auprès de près d’un millier de Mauritaniens qui revenaient de la Gambie. Selon Ahmedoua Saloum Vall, commerçant à Bathurst, le régime sortant est prêt à la confrontation : « partout des barricades, des ckecks points, des tranchées, des protections faites en sacs de sable » fera-t-il savoir, révélant que le régime en place ou ce qui en reste, est parvenu à convaincre une grande partie de la jeunesse en brandissant l’idée du patriotisme. Pour eux, la Gambie est menacée par le Sénégal qui voudrait l’envahir, en passant par la CEDEAO ! Pour lui, si guerre il y a, elle sera terrible. « Les forces qui veulent rétablir le président Barrow semblent négliger la force de frappe de Yaya Diamé. En plus qu’il soit lourdement armé, ce dernier a recruté plein de mercenaires étrangers qui sont méconnaissables du fait de leurs attitudes et de leurs langues ». Cheikh El Housseyn, employé de banque était accompagné de sa famille en déplacement à Rosso, est du même avis : « on peut savoir la date de la guerre qui se prépare, mais personne ne saura quand prendra-t-elle fin. Ce qui est sûr, c’est qu’elle aura bel et bien lieu. Parce que le président Diamé n’est pas homme à se laisser impressionner et ne compte pas lâcher prise et parce qu’en face, la CEDEAO ne compte pas plier. C’est pour cela que j’ai pris congé de mon employeur pour me retrouver dans mon pays ». Maouloud Ould Névé, jeune commerçant est lui aussi formel : « ce sera la guerre, dans tous les coups. Et ce sera malheureux, pour tout le monde, surtout pour la Gambie, un pays aux énormes opportunités ».
Tous les autres mauritaniens rencontrés au Bac étaient fatigués, sans doute éprouvés par le voyage qu’ils venaient d’accomplir dans la précipitation. Tous avaient finalement décidé de quitter ce pays après des injonctions provenant des Autorités consulaires mauritaniennes qui les sommaient de voyager avant la date buttoir du 19 janvier de la CEDEAO exigeant que le président sortant quitte le pouvoir au profit du dernier vainqueur de la présidentielle Adama Barrow. Pour certains, c’était la fin d’un séjour de plus de 50 ans, pour d’autres, c’était seulement après une dizaine d’années. Mais tous on le même avis : il s’agissait d’un pays où le commerce marchait à merveille, les affaires aussi et où les Mauritaniens avaient fini par s’imposer notamment dans le commerce et l’industrie.
Il s’agissait aussi d’un pays qui avait adopté les Mauritaniens particulièrement.
Faut-il souligner que côté Autorité publique mauritanienne aucune décision particulière n’a encore été prise exception faite de l’ouverture d’un registre ouvert aux bureaux de la police de Rosso où sont enregistrées toutes les personnes en provenance de la Gambie. Par ailleurs, le gouvernement mauritanien porte toute son attention sur la situation dans ce pays du fait de la présence sur les lieux d’une très forte communauté nationale estimée à plus d’un demi million mais aussi du fait des relations particulièrement amicales que les régimes successifs ont eues avec le président Diamé ces vingt dernières années.
A.S





Commentaires




New Page 1

Le Journal



   Politique  

Troisième mandat Acte II et Acte III

--------------------------

Scrutins de 2018 ou lecture croisée sur une reconfiguration

--------------------------

L’APP aux côtés de l’UPR lors du deuxième tour

--------------------------


   Economie  

Anticiper sur la Mauritanie Post-gaz 2021

--------------------------

Coopérativisme en Mauritanie, une autre vision du (...)

--------------------------

Mauritanie : 15 jours aux prestataires de transfert (...)

--------------------------


   Social  

Mauritanie : les autorités ordonnent la fermeture du (...)

--------------------------

PELIMIR/ Boghé, des femmes rurales ambitieuses

--------------------------


   Culture  

Un nouvel Album de Coumba Gawlo

--------------------------

Dîner-gala très coloré de Coumba Gawlo avec une symbiose (...)

--------------------------


   International  

Délégation de l’Union européenne : Déclaration locale sur (...)

--------------------------

Mali : le président Ibrahim Boubacar Keïta investi pour (...)

--------------------------


   Médias  

Pétition Contre l’esclavage : Démenti au démenti du (...)

--------------------------

Misère et bonheur de la presse écrite

--------------------------


   Sport  

Les Mourabitounes au tournoi de Cotif Le sort du (...)

--------------------------

La Ligne régionale de Hand-Ball de l’Assaba élit ses (...)

--------------------------