Referendum constitutionnel :Touche pas à mon drapeau

mardi 15 novembre 2016
popularité : 0%

Les résultats du dialogue national devraient rencontrer d’énormes problèmes quand il faudra les faire passer par voie référendaire, notamment en leurs points portant sur le changement du drapeau national. C’est du moins ce qui ressort des attitudes de plusieurs pôles du pays qui refusent pour l’heure la modification de ce drapeau.
Le dialogue national clos, il s’agit maintenant d’engager une campagne pour faire passer ses résultats auprès des populations. Et tout reste à croire que ce ne sera guère une promenade de santé pour ceux-là qui seront chargés de la mission. En fait, si l’unanimité s’est faite sur la nécessité de tenir un dialogue politique national inclusif, le problème est demeuré entier quand il s’agit de faire passer ou de faire accepter les conclusions de ce conclave. Elles sont ainsi très nombreuses les voix qui se sont élevées pour refuser les points portant au changement du drapeau national et le cas échéant, à la réécriture de l’hymne national. Pour d’aucuns, il s’agit d’une question de souveraineté nationale que rien ne doit altérer. Et la question est d’autant plus importante que rien ne justifie le changement de cet emblème. Ainsi, après la formation politique de Ahmed Ould Daddah, après la vive réaction du forum de l’opposition et après les critiques qui ont fendu dans la toile, c’est maintenant aux jeunes de se saisir de la question. « Touche pas à mon drapeau national » est né. Il s’agit d’un regroupement de jeunes mauritaniens qui compte aller en campagne auprès des populations pour les amener à rejeter ce projet. Pour ce regroupement, la perspective ne répond à aucune demande et plus, elle n’apporte rien de particulier au pays, au contraire, avec les deux traits rouges que l’on veut ajouter à la couleur verte de ce drapeau, il est plus question de la souiller que de la réconforter.
Et « touche pas à mon drapeau de rappeler en substance que ace aux difficultés quotidiennes rencontrées par les citoyens, parler de la modification du format du drapeau national et de la reformulation de l’hymne national sont-elles vraiment prioritaires ou même nécessaires ?
24 heures après la naissance de ce front, voilà que l’Imam adjoint de la plus grande mosquée du pays, celle de la capitale, Ahmed Mahmoud O. El Moustapha, entre dans le combat. Dans son prêche du vendredi, a demandé au peuple mauritanien de ne pas accepter de modifications relatives à l’hymne national et le drapeau.
Pour l’Imam, la couleur verte symbolise la beauté et elle est celle de la couleur des habits des habitants du paradis.
Le croissant symbolise la religion, l’étoile à cinq triangles les 5 piliers de l’Islam et la couleur jaune la gaieté selon l’orateur. O. El Moustapha a mis en garde contre l’ajout de la couleur rouge qui symbolise, selon lui la prostitution, dans le concept des artistes plasticiens.
A propos de l’hymne national, l’Imam de la mosquée a dit que ses mots sont puisés dans la religion et glorifie les valeurs de l’Islam. L’introduction dans les points à soumettre au referendum du changement du drapeau et de l’hymne national a entraîné différentes réactions sur les réseaux sociaux et dans certains milieux de la classe politique.
On se rappelle encore que peu avant la naissance de ce front de jeunes opposés au changement du drapeau national, notre concitoyen Ahmedou Ould Abdellah avait fait une virulente sortie à propos : « face à d’immenses besoins nationaux, les priorités sont connues. Les dépenses doivent être affectées au renforcement des institutions, la lutte contre le chômage, en particulier celui des jeunes, l’éducation technique, la santé publique, l’urbanisation de la capitale où sont concentrés près de 30 % de la population, la lutte contre la corruption et le soutien à la compétitivité de nos hommes d’affaires en Afrique de l’Ouest, au port de Nouakchott et aux routes vers ces pays, pour l’accès à leurs marchés.
Un gouvernement qui ignore ces priorités a des problèmes qui relèvent, ou de l’irresponsabilité ou de l’incompétence.
A cet égard, les symboles de l’Etat font partie de leurs identités et doivent, à ce titre, être protégés. S’ingénier à vouloir les modifier, outre qu’elle n’est nullement prioritaire, une telle intervention n’a pas de sens. Par ailleurs, leur modification a souvent engendré des malheurs et une revanche de l’Histoire. On l’a vu avec le maréchal Mobutu et la colonel Kadhafi dont les drapeaux n’ont pas survécu à leurs règnes. Il faut tout faire pour éviter le ridicule avec de faux débats d’un autre temps : changer les emblèmes nationaux, les noms de familles, celui du pays ou le transfert de capitale.
Je ne peux comprendre que le président Ould Abdel Aziz se laisse fourvoyer dans ce genre d’exercice » avait-il dit.

JOB





Commentaires




New Page 1

Le Journal



   Politique  

Troisième mandat Acte II et Acte III

--------------------------

Scrutins de 2018 ou lecture croisée sur une reconfiguration

--------------------------

L’APP aux côtés de l’UPR lors du deuxième tour

--------------------------


   Economie  

Anticiper sur la Mauritanie Post-gaz 2021

--------------------------

Coopérativisme en Mauritanie, une autre vision du (...)

--------------------------

Mauritanie : 15 jours aux prestataires de transfert (...)

--------------------------


   Social  

PELIMIR/ Boghé, des femmes rurales ambitieuses

--------------------------

Sit-In contre les inondations à Bassiknou

--------------------------


   Culture  

Un nouvel Album de Coumba Gawlo

--------------------------

Dîner-gala très coloré de Coumba Gawlo avec une symbiose (...)

--------------------------


   International  

Délégation de l’Union européenne : Déclaration locale sur (...)

--------------------------

Mali : le président Ibrahim Boubacar Keïta investi pour (...)

--------------------------


   Médias  

Pétition Contre l’esclavage : Démenti au démenti du (...)

--------------------------

Misère et bonheur de la presse écrite

--------------------------


   Sport  

Les Mourabitounes au tournoi de Cotif Le sort du (...)

--------------------------

La Ligne régionale de Hand-Ball de l’Assaba élit ses (...)

--------------------------