Referendum constitutionnel : Les sénateurs disent « Non »

lundi 7 novembre 2016
popularité : 0%

La commission de suivi du Sénat a tranché dans sa mission d’étudier la question portant sur l’amendement de la constitution. Le Sénat n’approuve pas.

La chambre haute s’est montrée très remontée jeudi dernier après que le gouvernement ait approuvé le projet de révision constitutionnelle à soumettre à la consultation populaire par voie référendaire et cela sans que le Sénat n’ait été sollicité en amont. Pour les Sénateurs, un tel acte ne devait se produire qu’après que le Sénat ait étudié la question et donné son aval, au terme de suffrages internes remportés aux deux tiers par le Oui. Mise en place il y a quelques jours, la Commission de suivi du sénat qui devait se pencher sur la question a ainsi vu le gouvernement lui couper l’herbe sous les pieds. Et elle est d’autant plus amère que c’est à un détail près le même scénario qui s’est produit il y a huit mois quand le président de la République annonçait de Néma, l’organisation prochaine d’un referendum qui annulait la chambre haute. Chaque fois, les pouvoirs publics prennent peu cas du sénat dans des décisions qui l’engagent pourtant.
Cette fois pourtant, les Sénateurs avaient pensé que le gouvernement avait tiré des leçons de la situation conflictuelle qu’il avait créée à l’époque et qui avait vu les Sénateurs bouder des ministres du gouvernement. Le problème avait finalement été réglé après que le président de la République soit intervenu. A quel prix ? Il semblait jusque l’heure que des deals avaient été pris entre les deux parties, qui avaient amené les sénateurs à mettre de l’eau dans leur Zrig et à s’aligner sur les positions du pouvoir. Prenant ses interlocuteurs de court, le président de la République qui intervenait lors de la séance de clôture du débat inclusif national, avait fait fi de tout cela, rappelant à l’attention des élus que « personne ne pouvait s’interposer » au processus qu’il voulait engager. Et c’est certainement dans cette lancée que son gouvernement a adopté jeudi dernier le projet de révision constitutionnelle, sans l’aval du Sénat. Le président de la République, a-t-il les moyens de sa politique ? Certainement… Quand on sait que maître du pays et détenteur de tous les pouvoirs, il peut faire et défaire à sa guise la situation.
Pour autant, les sénateurs ne comptent pas rester en vaincus. C’est du moins ce qui apparaît de leurs dernières entrevues où ils ont décidé d’agir. Dénonçant cet état de fait, ils ont de nouveau exprimé leur inflexibilité quant à la tentative d’amender la Constitution sans l’adopter au préalable. Une fermeté réitérée vendredi par la même commission sénatoriale, au lendemain des déclarations officielles faites par le ministre de la défense nationale Diallo Mamadou Bathia, devant l’opinion publique nationale et internationale, selon lesquelles, le gouvernement a approuvé le projet de révision constitutionnelle à soumettre à la consultation populaire par voie référendaire.
Reste qu’avant d’être soumis au suffrage universel, ces réformes doivent recueillir l’approbation des 2/3 du parlement bicaméral (Sénat et Assemblée nationale). Un pari loin d’être gagné vu la fronde des sénateurs. C’est dire qu’une véritable bataille s’engage même au sein du parti au pouvoir. Et quand on sait que le vote vise à supprimer la Chambre haute et conséquemment, à envoyer ses membres dans la rue, quand on sait que le président de la République n’a pas grand-chose à offrir aux élus, on mesure combien le combat entre les deux parties sera rude.
JOB





Commentaires




New Page 1

Le Journal



   Politique  

Les militaires mauritaniens ne lâcheront pas le (...)

--------------------------

Session parlementaire suspendue en attendant de régler (...)

--------------------------

Troisième mandat Acte II et Acte III

--------------------------


   Economie  

Anticiper sur la Mauritanie Post-gaz 2021

--------------------------

Coopérativisme en Mauritanie, une autre vision du (...)

--------------------------

Mauritanie : 15 jours aux prestataires de transfert (...)

--------------------------


   Social  

The Game Is Over : C’est Le meilleur parmi nous (...)

--------------------------

Menacé de représailles en cas de manifestation, IRA (...)

--------------------------


   Culture  

Oscar des vacances ou le talent caché des jeunes (...)

--------------------------

Un nouvel Album de Coumba Gawlo

--------------------------


   International  

Délégation de l’Union européenne : Déclaration locale sur (...)

--------------------------

Mali : le président Ibrahim Boubacar Keïta investi pour (...)

--------------------------


   Médias  

Pétition Contre l’esclavage : Démenti au démenti du (...)

--------------------------

Misère et bonheur de la presse écrite

--------------------------


   Sport  

La Mauritanie accueille la coupe d’Afrique des moins de (...)

--------------------------

Les Mourabitounes au tournoi de Cotif Le sort du (...)

--------------------------