Mauritanie : quel avenir pour le parti islamiste après la rupture avec le Qatar ?

lundi 12 juin 2017
popularité : 0%

La crise diplomatique dans le Golfe, qui se manifeste à travers l’action du royaume d’Arabie Saoudite et ses alliés, tentant d’isoler le Qatar par tous les moyens, est entrée dans une véritable escalade ce vendredi, après la publication par Riyad et d’autres capitales arabes, d’une liste de 12 entités et 59 personnalités « liées à l’émirat par un programme politique suspect ».

Cette liste suscite une foule d’interrogations à Nouakchott. Même si le nom d’aucune personnalité ou entité mauritanienne n’apparaît sur cette liste, de nombreux observateurs à Nouakchott expriment la crainte de gros dégâts collatéraux sur le Rassemblement national pour la réforme et le développement (RNRD-Tawassoul, mouvance islamiste modérée).

Certains vont jusqu’à soulever le spectre d’une interdiction de cette formation après la brutale rupture des relations entre la Mauritanie et le Qatar.

Des rumeurs persistantes sur « la dissolution imminente » de cette formation ont même circulé à Nouakchott au cours des derniers jours dans un contexte politique difficile.

Ce qui a obligé les responsables du parti à une sortie médiatique pour rassurer les cadres, les militants, et plus généralement l’opinion publique nationale et internationale.

Le leader du Tawassoul, Mohamed Jemil Ould Mansour, a balayé toutes les allégations relatives à une dissolution du parti islamiste, d’un revers de la main. « Nous disposons d’un acte légal sous forme de récépissé délivré par l’administration.

Nos activités se déroulent conformément à la loi, aux règles démocratiques et dans le strict respect des conventions et codes de la société. Ces rumeurs sont sans fondement. Elles représentent tout juste une tentative de détournement du peuple mauritanien de ses véritables problèmes ».

Fondées ou dénuées de toute substance, les allégations dénoncées par le leader islamiste tirent leur origine d’une opinion très répandue à Nouakchott selon laquelle « Tawassoul » bénéficierait des largesses financières du riche émirat gazier du Golfe, ou alors d’une nébuleuse d’organisations caritatives opérant à partir de Doha.

Enfin, il faut souligner que Tawassoul, avec un total de 16 députés, est la première force de l’opposition parlementaire en Mauritanie. Une position à nuancer sachant que les dernières élections ont été boycottées par une grande partie de l’opposition dite radicale.

Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya

Le360





Commentaires




New Page 1

Le Journal



   Politique  

Troisième mandat Acte II et Acte III

--------------------------

Scrutins de 2018 ou lecture croisée sur une reconfiguration

--------------------------

L’APP aux côtés de l’UPR lors du deuxième tour

--------------------------


   Economie  

Anticiper sur la Mauritanie Post-gaz 2021

--------------------------

Coopérativisme en Mauritanie, une autre vision du (...)

--------------------------

Mauritanie : 15 jours aux prestataires de transfert (...)

--------------------------


   Social  

Mauritanie : les autorités ordonnent la fermeture du (...)

--------------------------

PELIMIR/ Boghé, des femmes rurales ambitieuses

--------------------------


   Culture  

Un nouvel Album de Coumba Gawlo

--------------------------

Dîner-gala très coloré de Coumba Gawlo avec une symbiose (...)

--------------------------


   International  

Délégation de l’Union européenne : Déclaration locale sur (...)

--------------------------

Mali : le président Ibrahim Boubacar Keïta investi pour (...)

--------------------------


   Médias  

Pétition Contre l’esclavage : Démenti au démenti du (...)

--------------------------

Misère et bonheur de la presse écrite

--------------------------


   Sport  

Les Mourabitounes au tournoi de Cotif Le sort du (...)

--------------------------

La Ligne régionale de Hand-Ball de l’Assaba élit ses (...)

--------------------------