Mauritanie : Ould Ghadda, l’homme qui secoue la République

mercredi 30 août 2017
popularité : 0%

Son nom est partout, son image aussi. Lui, c’est le sénateur Ould Ghadda de retour en prison depuis le 11 août 2017. Cet homme est devenu en quelques semaines, la bête noire du pouvoir de Mohamed Ould Abdel Aziz, Président de la République.

C’est d’ailleurs ce nouveau statut qui l’a propulsé au rang des ténors de l’opposition dite radicale d’une part et mais d’autre part ce sont les foudres du régime qui s’abattent sur lui.

Plus une journée ne passe, sans qu’Ould Ghadda et ses actions ne fassent couler encre et salive en Mauritanie. Depuis le 17 mars 2017, date à laquelle les sénateurs ont rejeté les réformes constitutionnelles, le sénateur est dans le viseur du pouvoir.

Il est copieusement battu à chaque manifestation. Normal, diront ceux qui se souviennent de la Mauritanie sous Taya…

Cible

On a encore des souvenirs frais de lui à l’hôpital, le corps ensanglanté. Il venait de recevoir une série de coup de matraques, durant la campagne référendaire.

Au fil du temps, le personnage acquiert plus de sympathie, plus de crédibilité aux yeux des observateurs et citoyens. Celui qui était un opposant de « circonstance » est un devenu un des « leaders de l’opposition », une tête d’affiche.

Théorie du complot

Comme pour les associations, tout parti politique ou individu qui a des idées qui diffèrent du discours officiel, est soupçonné d’être piloté de l’étranger ou par des groupes « malveillants » de l’intérieur. Pour le cas Ould Ghadda, il est dit à demi-mots qu’il est téléguidé par l’homme d’affaire Bouamattou exilé au Maroc. Ce dernier en froid avec le pouvoir actuel, est régulièrement indexé comme étant le chef d’orchestre.

Crimes économiques ?

Ainsi donc, le sénateur Ould Ghadda est accusé d’appartenir à un réseau de « crime transfrontalier pour déstabiliser la paix publique ». C’est ce que dit en substance le communiqué du parquet, une semaine après l’arrestation d’Ould Ghadda.

Très vague, trop vague. Toujours est il que sur la base « d’enquêtes documentées » des journalistes et syndicalistes ont été convoqués par les limiers de la brigade de répression de crimes économiques, vendredi 25 août 2017 à Nouakchott.

Bouamatou, encore lui…

D’après nos informations, ils ont été interrogés sur l’origine des fonds de leurs organisations et entreprises, sur la nature de leur relation avec l’homme d’affaire Bouamattou.

C’est un secret de polichinelle de dire que « Bouamatou finance beaucoup d’organisation et entreprises ». Aux dernières nouvelles, il est homme d’affaires, non ? Quoiqu’il en soit, les journalistes et syndicalistes ont été relâchés à la fin de la journée, en attendant la prochaine descente de la police…

Par Amadou Sy

Le Reflet





Commentaires




New Page 1

Le Journal



   Politique  

Troisième mandat Acte II et Acte III

--------------------------

Scrutins de 2018 ou lecture croisée sur une reconfiguration

--------------------------

L’APP aux côtés de l’UPR lors du deuxième tour

--------------------------


   Economie  

Anticiper sur la Mauritanie Post-gaz 2021

--------------------------

Coopérativisme en Mauritanie, une autre vision du (...)

--------------------------

Mauritanie : 15 jours aux prestataires de transfert (...)

--------------------------


   Social  

PELIMIR/ Boghé, des femmes rurales ambitieuses

--------------------------

Sit-In contre les inondations à Bassiknou

--------------------------


   Culture  

Un nouvel Album de Coumba Gawlo

--------------------------

Dîner-gala très coloré de Coumba Gawlo avec une symbiose (...)

--------------------------


   International  

Délégation de l’Union européenne : Déclaration locale sur (...)

--------------------------

Mali : le président Ibrahim Boubacar Keïta investi pour (...)

--------------------------


   Médias  

Pétition Contre l’esclavage : Démenti au démenti du (...)

--------------------------

Misère et bonheur de la presse écrite

--------------------------


   Sport  

Les Mourabitounes au tournoi de Cotif Le sort du (...)

--------------------------

La Ligne régionale de Hand-Ball de l’Assaba élit ses (...)

--------------------------