Mauritanie. Aziz : "Je ne peux pas dire si la menace djihadiste est définitivement écartée"

lundi 19 décembre 2016
popularité : 0%

Dans un entretien accordé à un quotidien français, le président mauritanien, Mohamed Ould Abdel Aziz, livre le bilan sécuritaire de son régime et réitère sa détermination à respecter la Constitution, en ne briguant pas un troisième mandat.

Après une série d’attentats sanglants et d’enlèvements d’Occidentaux entre 2004 et 2011, le dernier acte terroriste perpétré sur le territoire mauritanien remonte au 11 décembre 2011.

A la question de savoir si après une longue accalmie, la menace djihadiste est définitivement écartée, Mohamed Ould Abdel Aziz explique :

« Je ne peux pas le dire. Les questions de sécurité sont très fluctuantes. Mais les résultats que nous avons obtenus sont le fruit d’efforts intenses entrepris depuis 2008 et nous poursuivons sur notre lancée. A l’origine, nous avons souffert du délabrement de l’armée et de nos services de sécurité. Il a fallu les refonder pour les adapter à la nouvelle mission de lutte contre le terrorisme. Nous avons également combattu l’extrémisme pour couper les liens entre les terroristes basés à l’extérieur de notre territoire et les gens, ici, qui auraient pu être tentés de les rejoindre. Il nous a fallu désensibiliser ces jeunes lancés dans l’extrémisme, arrivés là souvent par désœuvrement. D’où le volet économique de notre action ».
La désensibilisation évoquée par le chef de l’Etat mauritanien est une approche à travers laquelle les spécialistes des sciences islamiques, sous le couvert du gouvernement, ont engagé un dialogue avec plusieurs dizaines de détenus poursuivis pour des faits liés au terrorisme.

Dans le même entretien, Mohamed Ould Abdel Aziz soutient « qu’il respectera la Constitution qui lui interdit de se présenter à la prochaine élection présidentielle », prévue en 2019.

Le chef de l’Etat mauritanien est arrivé au pouvoir le 6 août 2008 à la faveur d’un putsch. Il a été élu dès le premier tour d’un scrutin présidentiel organisé le 18 juin 2009, sous la vive contestation de ses principaux adversaires dénonçant « une fraude massive ». Mohamed Ould Abdel Aziz a été réélu le 21 juin 2014 au terme d’un scrutin boycotté par l’opposition historique.

Les articles 26, 28 et 99 de la Constitution mauritanienne de juillet 1991, révisée par voie référendaire le 19 juin 2006, verrouillent à deux (2) le nombre de mandats du président de la République, histoire de graver le principe de l’alternance dans le marbre.

Par notre correspondant à Nouakchott
Cheikh Sidya

Le360





Commentaires




New Page 1

Le Journal



   Politique  

Bric-à-brac à l’Exécutif et au bout… un boulevard vers la (...)

--------------------------

Investiture de Ghassem Bellali, « La Mauritanie D’Abord (...)

--------------------------

Les militaires mauritaniens ne lâcheront pas le (...)

--------------------------


   Economie  

Le Maroc exporte plus que 60% de ses produits laitiers (...)

--------------------------

COMMUNIQUE DE PRESSE TASIAST POURSUIT SON APPUI A LA (...)

--------------------------

Les PPP en Mauritanie Vers l’effectivité des projets

--------------------------


   Social  

Interpol et la Mauritanie Bouamattou et Ould Debagh (...)

--------------------------

Des fleurs déposées sur les tombes de soldats britanniques à

--------------------------


   Culture  

Stan Lee est mort, la légende de la bande dessinée avait (...)

--------------------------

Oscar des vacances ou le talent caché des jeunes (...)

--------------------------


   International  

Mali, la piste algérienne dans l’assassinat des (...)

--------------------------

Sport Fichage ethnique : Roxana Maracineanu laisse une (...)

--------------------------


   Médias  

Pétition Contre l’esclavage : Démenti au démenti du (...)

--------------------------

Misère et bonheur de la presse écrite

--------------------------


   Sport  

Mauritanie - Guinée CAN U 23 Les Guinéens dominent à (...)

--------------------------

Coupe nationale de football, Brahim Souleymane offre le (...)

--------------------------