Le élu marocian considère que la Mauritanie est marocaine

jeudi 29 décembre 2016
popularité : 0%

« La Mauritanie appartiendrait toujours au Maroc ». Cette formulation provient du secrétaire général du Parti « Istklal » Hamid Chabat qui l’a prononcée dans son discours de ce samedi 24 décembre 2016. Suffisant pour faire réagir la classe politique mauritanienne parmi laquelle le RPR qui a convoqué hier, une réunion extraordinaire de ses instances dirigeantes.

« Notre territoire est toujours occupé, et nous allons continuer la résistance jusqu’à ce que nous libérions toute notre terre dont les frontières sont connues. Elles s’étalent de Ceuta au fleuve Sénégal ». Ces propos sont de Hamid Chabat, secrétaire général du parti "El Istiklal" – une formation politique qui a toujuors considéré la Mauritanie comme partie intégrante du Maroc- qui a considéré samedi dernier que "La Mauritanie est une terre appartenant au Maroc. Et l’homme d’ajouter : « Il y a un complot mené par l’Algérie et la Mauritanie pour créer une ligne de démarcation entre le Maroc et l’Afrique à un moment où le Maroc mène une bataille diplomatique pour revenir à l’organisation continentale…Tout cela se passe à cause du manque de respect pour les partis marocains et le peuple marocain. N’aurait été cela, nous n’aurions pas perdu notre terre et notre dignité ».
Pour la classe politique mauritanienne, il s’agit là d’une provocation d’autant plus grave qu’elle est prononcée par un élu et qu’elle s’est produite à un moment où les relations entre le Maroc et la Mauritanie ne sont pas des meilleures. Deux heures exactement après qu’elle ait été prononcée, voilà que les états majors politiques des formations politiques nationales se mettent en place. Le mot semble être dit : il s’agit, pour tous, « de dénoncer de la manière la plus vigoureuse, et définitivement, les velléités marocaines sur la Mauritanie »
a l’ahure où nous mettons sous presse, seul l’UPµR a réagi : “des élites rejetées par le peuple marocain à toutes les élections, malgré la puissance de l’autorité et l’influence de l’argent politique », a précisé ce parti dans un communiqué l’UPR, qui a convoqué une réunion extraordinaire de son Bureau Exécutif.
Pour nombre d’observateurs, le Maroc - ou plus précisémet le parti Istiklal- a toujours eu l’œil sur la Mauritanie. Et c’est d’ailleurs cela qui explique en partie, certains comportements de ses dirigeants à l’endroit de la Mauritanie. Certes, après la proclamation de l’indépendance nationale comme lors de la formation de l’Union africaine qui avait accepté la Mauritanie comme membre à part entière, lors de l’entrée de la Mauritanie dans l’OCI comme pendant le « partage du territoire du Sahara » entre autres, le Maroc avait été dans l’obligation de reconnaître ce pays comme Etat indépendant, mais histoire est là qui rappelle que le Maroc a toujours eu des prétentions sur la Mauritanie. En 1955 déjà, Allal El-Fassi publiait à Rabat la carte du « Grand Maroc », qui englobait les régions désertiques s’étendant jusqu’au fleuve Sénégal. Peu après, le Palais chérifien reprenait à son compte les revendications du leader de l’Istiqlal, tandis que dans le courant de l’hiver 1957-1958 des éléments de l’ « armée de libération » effectuaient des raids sur la frontière mauritanienne.
En 1958 Mohammed V eut encore deux occasions d’affirmer ses droits sur la Mauritanie quand il reçut trois personnalités mauritaniennes venues faire acte d’allégeance à Rabat (où se trouvait déjà l’ancien député Horma Ould Babana) ; l’émir du Trarza et deux ministres en exercice, MM. Ould Sidi-Baba et Moktar Ould Ba.
En fait, la thèse marocaine s’appuie sur le principe suivant : la Mauritanie a de tout temps fait partie du royaume du Maroc ; c’est la France qui, sous le protectorat, l’en a artificiellement séparée. Selon les paroles prononcées naguère par Mohammed V, « Maroc et Mauritanie ne forment qu’un seul corps, unis par une même religion, parlant le même langage, appartenant à une même famille et pratiquant des traditions communes ».
Contexte
Si aucune brouille n’est officiellement reconnue, l’actualité témoigne de relations peu amicales entre les deux pays. « La lune de miel n’a duré qu’un an et demi avec Ould Abdelaziz. La situation s’est rapidement détériorée ensuite », rappelle notre lobbyiste marocain. Par ailleurs, même si dans les faits, le rattachement du territoire mauritanien à celui du Marco relève aujourd’hui de l’utopie, la sortie du député marocain ne devrait pas cesser de faire des vagues de sitôt. Parce qu’entre les deux pays, la situation n’est pas des meilleures depuis l’arrivée au pouvoir de Ould Abdel Aziz que le Roi Mohamed VI « se refuse de visiter » survolant ces deux dernières années six fois son territoire pour se rendre dans le reste de l’Afrique. Et parce que surtout, il existe bel et bien des Mauritaniens qui sont favorables au rattachement de la Mauritanie par le Maroc.

JOB





Commentaires




New Page 1

Le Journal



   Politique  

Bric-à-brac à l’Exécutif et au bout… un boulevard vers la (...)

--------------------------

Investiture de Ghassem Bellali, « La Mauritanie D’Abord (...)

--------------------------

Les militaires mauritaniens ne lâcheront pas le (...)

--------------------------


   Economie  

Le Maroc exporte plus que 60% de ses produits laitiers (...)

--------------------------

COMMUNIQUE DE PRESSE TASIAST POURSUIT SON APPUI A LA (...)

--------------------------

Les PPP en Mauritanie Vers l’effectivité des projets

--------------------------


   Social  

Interpol et la Mauritanie Bouamattou et Ould Debagh (...)

--------------------------

Des fleurs déposées sur les tombes de soldats britanniques à

--------------------------


   Culture  

Stan Lee est mort, la légende de la bande dessinée avait (...)

--------------------------

Oscar des vacances ou le talent caché des jeunes (...)

--------------------------


   International  

Mali, la piste algérienne dans l’assassinat des (...)

--------------------------

Sport Fichage ethnique : Roxana Maracineanu laisse une (...)

--------------------------


   Médias  

Pétition Contre l’esclavage : Démenti au démenti du (...)

--------------------------

Misère et bonheur de la presse écrite

--------------------------


   Sport  

Mauritanie - Guinée CAN U 23 Les Guinéens dominent à (...)

--------------------------

Coupe nationale de football, Brahim Souleymane offre le (...)

--------------------------