"La création des conseils régionaux va assurer une redistribution équitable des richesses" (Président Aziz)

mercredi 16 novembre 2016
popularité : 0%

Le Président de la République, Monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz, a affirmé lundi à Tidjikja, au cours d’une réunion des cadres de la wilaya du Tagant, que la Mauritanie jouit de la stabilité et de la sécurité, précisant que la plupart des rumeurs, provenant de l’étranger, au sujet de la prétendue insécurité dans le pays, sont sans fondement, indiquant que ces allégations sont relayées également par certains médias locaux.

Le Président de la République a indiqué qu’il présentera au cours de cette réunion, une vision réaliste de la situation du pays, en toute transparence. Le Chef de l’Etat a exprimé ses remerciements aux populations du Tagant pour l’accueil chaleureux dont il a fait l’objet.

Abordant la situation économique nationale, le Président de la République a affirmé, qu’en dépit de la chute des cours des matières premières à l’extérieur, l’économie nationale s’améliore grâce à la bonne gestion et à l’efficacité de l’action gouvernementale.

"Ce qui a permis de contrer les impacts négatifs de la crise économique internationale, de juguler les effets néfastes que d’autres nations connaissent consécutivement à l’effondrement des prix des matières premières" a-t-il ajouté.

"Des rapports établis par des organismes financiers internationaux, indiquent que notre pays a maîtrisé le budget et réalisé un excèdent au cours des deux dernières années, malgré les dépenses et les charges non programmées, en particulier le sommet arabe que nous avons réussi à organiser brillamment, sans que le budget de notre pays soit affecté" a-t-il dit.

Evoquant la situation politique, le Président de la République a rappelé l’organisation d’un dialogue national inclusif à Nouakchott, avec la participation de la majorité et de la plupart des partis de l’opposition, après des années de préparation et d’élaboration.

"Ce forum a été couronné par la signature d’un accord fondamental sur l’avenir du pays, avec la perspective, selon les conclusions du dialogue national inclusif d’organiser un référendum national, avec la participation de tous et la liberté pour chacun d’exprimer son opinion" a-t-il poursuivi.

"Je pense que tout le monde s’est informé de ces recommandations dont la finalité et le sort relèvent au bout du compte des citoyens qui exprimeront leurs opinions" a-t-il dit.

Cette visite a été une occasion pour écouter les avis des cadres de la wilaya du Tagant et s’informer sur leurs idées et propositions, pour contribuer à l’amélioration des conditions des habitants de la wilaya ainsi que pour leur créer des opportunités d’emploi et réaliser davantage de projets et de mobiliser des financements publics à travers la Caisse de Dépôt et de Développement (CDD) et les autres sociétés engagées dans le financement du développement sur toute l’étendue du territoire national" a dit le Président de la République.

Le Chef de l’Etat a exprimé le voue que le débat soit libre, démocratique et sans tabou, où chacun peut communiquer son opinion et échanger les idées sur les différentes questions qui intéressent le développement du pays.

Il a donné ensuite la parole aux cadres de la wilaya du Tagant pour présenter leurs interventions, globalement axées sur la réalisation d’infrastructures, le désenclavement et le renforcement des structures sanitaires.

Répondant aux intervenants, le Président de la République a indiqué que le désordre, la pression démographique exercée sur Nouakchott et l’inégalité des opportunités de développement sur toute l’étendue du territoire national, constituent des problèmes structurels ayant entravé le développement du pays depuis les 55 dernières années.

Ces problèmes ne peuvent être résolus et de manière définitive qu’avec la création de conseils régionaux de développement, chargés de diagnostiquer les problèmes et de leur trouver des solutions, sous la supervision de leurs élus, qui vivent parmi eux et partagent leurs souffrances, a-t-il ajouté. La proximité de ces conseils régionaux, qui seront présents dans chaque wilaya, permettra de traiter les problèmes avec objectivité et de leur trouver les solutions appropriées loin de toute conduite sélective ou incohérente...

Les conseils régionaux géreront, aux côtés de l’Etat, tous les services dans les wilayas a dit le Président de la République, affirmant que ce choix a été retenu après mure réflexion sur les meilleurs moyens pour assurer une redistribution équitable des richesses.

La population ne dépasse pas les 3,5 million habitants dont 900 mille ont été recensés à Nouakchott, en plus de ceux qui visitent la capitale à des périodes différentes de l’année, a-t-il poursuivi.

Cette affluence sans justification, à part la quête d’une vie digne inaccessible dans leurs fiefs, en raison de la concentration des services de l’enseignement, de la santé et de l’emploi à Nouakchott, a poursuivi le Président de la République.

Ces problèmes se sont accentués en raison des politiques des différents systèmes qui se sont succédés aux commandes du pays, a-t-il dit, rappelant, qu’il s’est avéré que ces obstacles ne peuvent être résolus sans une décentralisation à travers des conseils régionaux défendant les intérêts de chaque wilaya et dont les membres résident dans cette wilaya.

L’expansion de Nouakchott depuis les années 60 peut se produire dans chaque ville disposant des services nécessaires, ce qui est de nature à changer la destinée de chaque wilaya, a-t-il poursuivi.

L’Etat dispose de moyens suffisants et de la volonté nécessaire pour réaliser cela, en mettant tous devant leurs responsabilités afin de jouer le rôle qui leur est imparti dans l’œuvre de développement, a-t-il dit.

Les impacts de l’exode vers Nouakchott, l’inexistence dans les autres wilayas de moyens de développement, le gaspillage d’importantes ressources publiques dans la réalisation d’infrastructures dans des localités inhabitées, sur la base d’allégeances politiques et tribales étroites, se sont négativement répercutées sur les secteurs de l’enseignement et de l’agriculture, a affirmé le Président de la République.

L’unique moyen de réformer l’enseignement est de regrouper les écoles, de redistribuer les ressources du ministère suivant des critères rationnels, permettant d’assurer un enseignement de qualité à tous les fils du pays.

AMI





Commentaires




New Page 1

Le Journal



   Politique  

Scrutins de 2018 ou lecture croisée sur une reconfiguration

--------------------------

L’APP aux côtés de l’UPR lors du deuxième tour

--------------------------

Elections du 1er septembre : Le parti El Moustaqbel dit (...)

--------------------------


   Economie  

Coopérativisme en Mauritanie, une autre vision du (...)

--------------------------

Mauritanie : 15 jours aux prestataires de transfert (...)

--------------------------

Leadership et éclairages sur le système bancaire en (...)

--------------------------


   Social  

Sit-In contre les inondations à Bassiknou

--------------------------

Mauritanie : Bouamatou s’engage aux côtés de l’opposition

--------------------------


   Culture  

Un nouvel Album de Coumba Gawlo

--------------------------

Dîner-gala très coloré de Coumba Gawlo avec une symbiose (...)

--------------------------


   International  

Mali : le président Ibrahim Boubacar Keïta investi pour (...)

--------------------------

Sénégal : Khalifa Sall révoqué par Macky Sall de son mandat (...)

--------------------------


   Médias  

Misère et bonheur de la presse écrite

--------------------------

Voilà pourquoi Horizons et Chaab ne paraissent (...)

--------------------------


   Sport  

Les Mourabitounes au tournoi de Cotif Le sort du (...)

--------------------------

La Ligne régionale de Hand-Ball de l’Assaba élit ses (...)

--------------------------