Interview/ Bakari Guèye : "… le PMC Arc-en-ciel n’est pas plus négro-africain ou maure qu’aucun autre parti"

mercredi 7 septembre 2016
popularité : 0%

Eminent journaliste comptant parmi les plumes les plus incisives de la presse mauritanienne, Bakari vient d’adhérer au parti Mauritanien du Concret Arc-en-ciel. Professeur de français, par ailleurs diplômé en histoire, l’homme est connu pour son côté taciturne et flegmatique à la fois.

Il explique les raisons d’un choix qu’il inscrit dans la continuité de son parcours marqué par un goût de l’écriture, une passion à communiquer contre l’injustice…

- Qu’est-ce qui justifie votre adhésion à un parti politique après une carrière de plus de 20 ans dans le journalisme indépendant ?

Vous savez, je n’ai jamais cru que je serai amené un jour à faire de la politique. Mais, comme on dit chez tous les croyants, « l’homme propose et Dieu dispose. » Cette adhésion au Parti Mauritanien du Concret Arc-en-ciel s’explique par un concours de circonstances qui m’ont poussé à franchir le Rubicon. Comme vous l’avez bien souligné, j’ai l’honneur de faire partie des pionniers de la presse indépendante en Mauritanie. Ce fut une véritable vocation pour moi qui ai été formé initialement pour pratiquer le métier d’enseignant (professeur de français). Mais au début des années 1990, notre pays qui était soumis à une dictature implacable qui a fait bien des dégâts, a adopté, à l’instar des autres Etats du pré carré français, une batterie de mesures visant à instaurer la démocratie.

C’est ainsi qu’avec l’avènement de la liberté d’expression et la création des journaux indépendants, ma vocation d’apprenti journaliste se vit renforcer. Cette libération de la parole fut une aubaine pour beaucoup de gens comme moi, des gens qui avaient non seulement soif d’écrire mais de prendre position en dénonçant les abus d’un régime qui sévissait contre le peuple. Cet engagement, je l’ai exprimé depuis lors dans les colonnes de la foultitude de journaux dans lesquels j’ai eu l’honneur de collaborer, en allant de « Mauritanie Demain » dont j’ai appartenu au comité de Rédaction en 1991 à « Nouakchott Info » dont je dirige encore la rédaction aujourd’hui. Cette constance dans la dénonciation des injustices (les archives sont là pour le prouver) n’a jamais été altérée par quoique ce soit et toutes les tentatives visant à me faire changer de cap ont été jusqu’ici vouées à l’échec.

Alors, est-ce maintenant que vous avez cédé ?

Aujourd’hui si vous voyez que j’ai décidé de prospecter du coté du champ politique, c’est que j’ai estimé après mûre réflexion, bien entendu, que je pourrais mettre ma modeste expérience au service d’un projet de société qui milite pour un avenir meilleur en faveur de notre chère Mauritanie.Vous n’êtes pas sans savoir que la situation n’est guère reluisante et la crise politique qui n’a que trop duré menace dangereusement de faire imploser notre pays.

Et il s’avère que pour faire face à cette situation et apporter les solutions idoines à tous les problèmes pendants, il n y a rien de mieux que le dialogue auquel le pouvoir a invité toute la classe politique. Malheureusement, beaucoup de nos hommes politiques, appartenant à la mouvance que je qualifierai de radicale, continuent de tergiverser refusant catégoriquement de se mettre sur la table des négociations et préférant leurs intérêts personnels et égoïstes à ceux de la nation en danger. Mais heureusement que parmi eux certains se sont ressaisis et ont compris qu’il était dans l’intérêt du pays d’aller au dialogue quitte à s’allier avec le diable.

Et parmi ceux-ci, il y a M. Alassane Hamady Soma Bah dit Balas, président du parti Mauritanien du Concret Arc-en-ciel qui était pourtant considéré comme l’un des faucons de l’opposition radicale et qui jouit d’une aura et d’un respect incontestables. Le parti Mauritanien du Concret Arc-en-ciel a ainsi décidé d’aller au dialogue non pour l’amour du pouvoir mais pour l’amour de la patrie, pour l’amour de la Mauritanie. Et, pour ce faire, le parti a confectionné un document multidimensionnel en guise de contribution au dialogue, un document exhaustif où sont énumérés tous les problèmes du pays ainsi que les propositions de solutions. Le président Balas secondé par une équipe de cadres dynamique et un dispositif de communication efficace est monté au créneau, et continue sur la même lancée, dans les médias pour expliquer la position et le programme du parti.

A cette occasion, il y a lieu de souligner la franchise et l’audace du président Balas qui ne mâche jamais ses mots et qui profite de toutes les tribunes pour poser les vrais problèmes du pays. Personnellement, je me suis reconnu dans cet engagement et cette honnêteté sans complaisances du président Balas, c’est pourquoi j’ai décidé de lui apporter mon soutien.

Le contexte politique actuel est-il favorable à un militantisme politique du côté d’un parti d’opposition majoritairement négro-africain ?

Je crois que pour s’engager pour une bonne cause, on n’a pas à faire des calculs. Je ne sais pas ce que vous entendez par moment favorable mais comme j’ai déjà eu à le dire cet engagement est purement patriotique. Mon objectif c’est de contribuer à désamorcer la crise qui couve dans le pays depuis belle lurette et il fallait trouver un cadre propice pour agir et il se trouve que c’est le PMC Arc-en-ciel qui m’a offert ce cadre-là. Je tiens aussi à préciser que le PMC Arc-en-ciel n’est pas comme le disent ses détracteurs un parti négro-africain, c’est un parti d’obédience nationale, un parti ouvert à tous les mauritaniens. Et je vous invite à jeter un coup d’œil sur les statuts du parti pour en avoir le cœur net. En effet, le premier vice-président doit toujours être issu de la communauté maure (blanche). Et puis, il y a 5 deuxième vice-présidents un pour chaque communauté (halpulaar, wolof, soninké, bambara, hartani).

Vous noterez que le PMC Arc-en-ciel rétablit là une vérité historique et une réalité en comptabilisant les bambaras parmi les communautés de notre pays. Donc pour conclure ma réponse à cette question, je tiens à souligner que le PMC Arc-en-ciel n’est pas plus négro-africain ou maure qu’aucun autre parti. Nous avons nos réalités, nos spécificités et il faut compter avec et pour être honnête, aucun parti n’y échappe.

Quel apport vous pensez être capable de fournir au-delà de votre expertise de communicateur ?

Je crois que la communication c’est déjà tout un programme, surtout pour un parti qui a encore du chemin à faire et qui doit relever beaucoup de défis. C’est donc un véritable chalenge que de réussir le volet communication. Pour le moment en tout cas, je dois m’investir beaucoup sur ce plan pour épauler une équipe de cadres compétents et dynamiques que j’ai trouvé devant moi et j’ose espérer qu’ensemble nous parviendrons à mieux faire connaitre le parti, son programme, son projet de société en permettant du coup de rehausser sa côte sur l’échiquier politique national.

Propos recueillis par Kissima Diagana

La Tribune





Commentaires




New Page 1

Le Journal



   Politique  

Bric-à-brac à l’Exécutif et au bout… un boulevard vers la (...)

--------------------------

Investiture de Ghassem Bellali, « La Mauritanie D’Abord (...)

--------------------------

Les militaires mauritaniens ne lâcheront pas le (...)

--------------------------


   Economie  

Le Maroc exporte plus que 60% de ses produits laitiers (...)

--------------------------

COMMUNIQUE DE PRESSE TASIAST POURSUIT SON APPUI A LA (...)

--------------------------

Les PPP en Mauritanie Vers l’effectivité des projets

--------------------------


   Social  

Les militants d’IRA préparent un sit-in le 15 novembre, (...)

--------------------------

Pêche artisanale, la résistance des Taghredient

--------------------------


   Culture  

Oscar des vacances ou le talent caché des jeunes (...)

--------------------------

Un nouvel Album de Coumba Gawlo

--------------------------


   International  

Délégation de l’Union européenne : Déclaration locale sur (...)

--------------------------

Mali : le président Ibrahim Boubacar Keïta investi pour (...)

--------------------------


   Médias  

Pétition Contre l’esclavage : Démenti au démenti du (...)

--------------------------

Misère et bonheur de la presse écrite

--------------------------


   Sport  

Coupe nationale de football, Brahim Souleymane offre le (...)

--------------------------

La Mauritanie accueille la coupe d’Afrique des moins de (...)

--------------------------