Guerre contre la circulation des armes Le “feu” contre le “feu”

mercredi 12 avril 2017
popularité : 0%

L’Autorité publique a enfin décidé d’agir pour circonscrire la circulation et le commerce des armes dans le pays et particulièrement à Nouakchott ! C’est du moins ce que nous avons appris de souces dignes de foi. Un fait provoqué par la mort la semaine dernière, d’un jeune habitant de la Moughataa de Ryadh des suites de l’explosion d’une grenade qu’il manipulait mais aussi de l’arrestation la semaine dernière, d’un officier de la garde nationale, accusé d’avoir complété un paiement comptant par un règlement en nature, en cédant 2 kalachnikovs, à titre de contrepartie d’un véhicule acquis de marque Porsch.
L’acte ne serait pas inédit ; il serait même très fréquent dans les différents corps des forces armées et de sécurité où nombre d’éléments n’hésiteraient pas à brader certaines de leurs armes. Parce qu’il leur était facile de couvrir leurs actes auprès de leur hiérarchie, ou plutôt parce qu’il leur était loisible de se procurer de nouvelles armes… ? Ce qui est en tout cas sûr, c’est que les magasins d’armes ont souvent connu des disparitions d’armes et de munitions. Ce qui est également sûr, c’est que pour un civil ou un quelconque client, se procurer des armes en Mauritanie, ne relevait pas d’un parcours de combattant.
Il faut dire que le commerce des armes a toujours eu pignon sur rue dans le centre ville de Nouakchott au vu et au su de l’autorité publique. Il se serait développé ces dernières années depuis l’entrée en Mauritanie, d’arsenaux pillés des dépôts de l’armée libyenne.
Dans un ouvrage intitulé « Armes légères et sécurité en Mauritanie, une perspective nationale et régionale », les journalistes Stéphanie Pézard avec Anne-Kathrin Glatz ont soutenu que même si le port d’arme est strictement interdit aux civils, la population mauritanienne est très largement armée, nombre de ses membres portant une arme, avec ou sans autorisation de l’État.
Et les journalistes de souligner que c’est pratiquement dans la discipline de tirs à la cible où la circulation des armes est importante. En fait, selon eux, dans un pays où il n’existe pas d’armuriers, se procurer des armes et des munitions se fait par des pratiques aussi bien établies que peu transparentes.
Et de noter que trois modèles d’armes sont particulièrement utilisés pour l’entraînement et les championnats : les Mausers, les FN-FAL et les G3. FN-FAL. Des armes qui ne sont chargées que de trois cartouches à la fois, tirées successivement. Il s’agit d’armes déclassées, c’est-à-dire jugées obsolètes par l’armée. Au lieu de les détruire, elle les prête à des particuliers.
Ces prêts s’accompagnent normalement de la remise d’un papier officiel émanant du ministère de la Défense et indiquant que l’arme, dont le numéro de série est spécifié, est prêtée pour une durée indéterminée à une personne donnée, et peut être récupérée à tout moment.
Ce document permet de justifier, en cas de contrôle, que l’arme n’a pas été volée et que son détenteur est légitime. Il tient également lieu de permis de port d’armes et dispense son détenteur de passer par la direction générale de la sûreté nationale qui fournit normalement ces autorisations.
SLe prêt d’armes par l’état-major général de l’armée est une pratique courante. Une note d’étude interne de la direction générale de la sûreté nationale mauritanienne a estimé il y a quelque temps que 50 000 des quelque 70 000 armes qui seraient en circulation dans la population mauritanienne proviendraient des forces armées. Il s’agit de prêts individuels, consentis aux Mauritaniens de classe sociale élevée qui ont des contacts auprès des autorités.
A ces « prêts », il convient d’ajouter les distributions assurées par le gouvernement durant les diverses crises qui ont secoué l’État mauritanien. À plusieurs occasions, le pouvoir en place a voulu renforcer les capacités de défense de certains groupes de la population. Il en est allé ainsi pendant la guerre du Sahara, à la fin des années 1970, et lors du conflit avec le Sénégal.. Les armes distribuées étaient surtout des kalachnikovs et, en moindre quantité, des FAL et des pistolets Tariq irakiens de calibre 9 mm.
Aujourd’hui, il est presque impossible de déterminer combien d’armes l’armée a « prêtées » ; combien elle a distribué et combien ont été volées, au cours des ans. Et quand on sait qu’après le printemps arabe, la désagrégation d’États tels la Lybie et avec la guerre au Mali, un intense trafic d’armes a vu jour dans le Sahel et la sous région maghrébine, on mesure combien sera rude l’opération que compte mener l’Autorité publique mauritanienne qui a décidé de circonscrire définitivement, la circulation des armes dans le pays.

JOB





Commentaires




New Page 1

Le Journal



   Politique  

Bric-à-brac à l’Exécutif et au bout… un boulevard vers la (...)

--------------------------

Investiture de Ghassem Bellali, « La Mauritanie D’Abord (...)

--------------------------

Les militaires mauritaniens ne lâcheront pas le (...)

--------------------------


   Economie  

Le Maroc exporte plus que 60% de ses produits laitiers (...)

--------------------------

COMMUNIQUE DE PRESSE TASIAST POURSUIT SON APPUI A LA (...)

--------------------------

Les PPP en Mauritanie Vers l’effectivité des projets

--------------------------


   Social  

Interpol et la Mauritanie Bouamattou et Ould Debagh (...)

--------------------------

Des fleurs déposées sur les tombes de soldats britanniques à

--------------------------


   Culture  

Stan Lee est mort, la légende de la bande dessinée avait (...)

--------------------------

Oscar des vacances ou le talent caché des jeunes (...)

--------------------------


   International  

Mali, la piste algérienne dans l’assassinat des (...)

--------------------------

Sport Fichage ethnique : Roxana Maracineanu laisse une (...)

--------------------------


   Médias  

Mauritanie Interpol annule le mandat d’arrêt contre (...)

--------------------------

Pétition Contre l’esclavage : Démenti au démenti du (...)

--------------------------


   Sport  

Mauritanie au Cameroun en 2019, contrat rempli pour (...)

--------------------------

Mauritanie - Guinée CAN U 23 Les Guinéens dominent à (...)

--------------------------