Du danger de coopter tout le monde

jeudi 1er avril 2021
popularité : 0%

Le souhait de tenir au plus tôt un dialogue inclusif est en train de pousser le gouvernement à l’erreur. Parce que c’est, entre autres raisons, dans la perspective d’attirer un maximum de partenaires, que le gouvernement s’apprête à reconnaître à la pelée, de nouveaux partis politiques. De sources informées, la pages nouvellement ouvertes des registres du Ministère de l’Intérieur devraient permettre à une trentaine de nouvelles formations politiques de voir le jour. De la graine et de l’ivraie !
Certes, il peut s’agir d’une forme d’expression de la liberté et de la démocratie mais quand on voit de quoi sont constituées ces organisations, on ne peut que se poser des questions sur les véritables soucis du pouvoir : il s’agit en fait de jouer sur le nombre d’acteurs aux débats aux fins de signifier à l’opinion, la consécration de l’unité retrouvée, la volonté d’ouverture démocratiques des tenants du pouvoir. Manipulations vaines qui ne participent guère à l’expression de la démocratie, et pour causes : la bataille de nombre de ces nouveaux partis comme celle de tous les partis « cartables » qui font légion sur l’échiquier politique consistera finalement, comme toujours, à monnayer leurs actions. L’adhésion à la politique du gouvernement se fera nécessairement sur des contrats, des promesses, des pactes. L’essentiel étant de se voir promettre un poste ministériel, à défaut, une fonction de grande responsabilité. Entendez par là, une cooptation à la tête d’une direction de société publique !
Ceux qui sont les plus voraces, eux, cherchent plus haut…un ministère.
Déjà, des tribus, des régions, des entités et des groupuscules de tout acabit se concertent, se liguent, complotent même pour faire jouer leurs partitions, une fois la bataille gagnée. Celle-ci est si rude que ce qui importe est de recruter des sympathisants et non des militants. D’ailleurs, une formation qui n’a de programme que la coiffure ou le hawli de son chef ne peut point prétendre à recruter des militants. Des militants, ça exige des idées, une vision, une certaine transcendance de l’égoïsme et de la grande soif à être le berger des loups et des chacals !
Et la pauvre Mauritanie reste la grande oubliée de leurs manœuvres. Les grandes questions et les grands défis demeurent « censurés » de ce qui ressemble piteusement à un débat national. Les partis politiques qui semblent se constituer sur des bases pas forcément originales par rapport à ce qui existait, sont loin d’être à la hauteur. Ils demeurent nombrilistes et prisonniers de réflexes égocentriques réducteurs. Ils chercheront encore à jouer de leur influence désuète sur la constitution du futur schéma politique du pays. Pris en otage par des chefs opportunistes, ces partis se réduisent à des machines grippées, car sans programmes, ni méthodes de travail claires. Ils reflètent en grande partie, l’image du chef qui est, à lui tout seul un Bureau Exécutif et un Bureau politique réunis : Président du Conseil national, Secrétaire Général, Chargé des Relations Extérieures, Comptable et Commissaire des Comptes. Il est aussi, en cas de nécessité, le grand Moufti du parti et son illustre Timonier… Jusque l’heure, les partis pechmergas – qui les ont précédés- ont été très fins en refusant de se présenter, d’autres ont essayé de produire des listes, en vain. Au finish, le résultat fut le même, édifiant sur le « Peshmerguisme » de formations qui n’ont de forme que de nom.
Démocratiquement, il n’est pas conseillé d’interdire des partis. Alors, ne faut-il pas créer une commission nationale chargée d’étudier les projets de formations politiques et une seconde chargée elle, de réformer les partis politiques ?
Comme dans le secteur de la presse, il y a aussi des partis « Peshmerga » qui méritent de disparaître. Pour la crédibilité de la démocratie et celle du pays…

OEM





Commentaires



New Page 1

Le Journal



   Politique  

Ould Abdel Aziz, abandonné par les siens !

--------------------------

Affaire Ehel Bneijara- Oulad Melouk : un conflit (...)

--------------------------

PARTI « AGIR POUR VIVRE ENSEMBLE PAR LA CITOYENNETE (...)

--------------------------


   Economie  

Marché à bétail de Boghé, éleveurs et courtiers ont pris (...)

--------------------------

Foire de Timbedra, l’élément déclencheur du développement (...)

--------------------------

Exposition « Terre et Mer », quand le BIT valorise (...)

--------------------------


   Social  

Pénurie d’engrais, la crise qui a failli faire sombrer la (...)

--------------------------

Le Commissariat aux Droits de l’Homme partage la (...)

--------------------------


   Culture  

Djiefoulbé Bâ, l’élégance d’une lauréate au cœur d’une (...)

--------------------------

« Traversées Mauritanides » lance sa 2ème édition « Hiver (...)

--------------------------


   International  

Mali : Le colonel Goïta annonce avoir démis le président (...)

--------------------------

Joe Biden élu président des États-Unis

--------------------------


   Médias  

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

--------------------------

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

--------------------------


   Sport  

CAN 2021 : Les Mourabitounes fixés sur leur sort

--------------------------

Bras-de-fer entre Taleb Sid’Ahmed et Ahmed Ould Yahya Le (...)

--------------------------