Dialogue pouvoir – opposition :La majorité de nouveau disponible, l’opposition dit niet

mardi 27 décembre 2016
popularité : 0%

Avec le nouvel appel au dialogue lancé par le Pouvoir, la classe politique va-t-elle de nouveau se rencontrer ? Rien n’est moins sûr au vu des préalables des partis politiques de l’opposition dite radicale qui présentent comme condition à cette perspective, la révision des conclusions du dernier dialogue national dit inclusif.

Les dernières tentatives de rencontres entre les partis politiques de la majorité présidentielle et ceux de l’opposition dite radicale pourraient être vaines. En effet, réunis en séance extraordinaire, les leaders de l’opposition qui ont étudié l’appel lancé à propos, la semaine dernière, par le ministre secrétaire général du gouvernement, n’ont pas tardé à réagir. Alors que le Pouvoir considère comme sacro- saintes les conclusions du dernier dialogue national inclusif, les partis de l’opposition exigent quant à eux, que soient inscrits à l’ordre du jour la révision desdites conclusions. Il s’agit pour l’opposition de revenir sur l’ensemble du document final de l’accord politique qui avait été scellé à l’époque. Les leaders ont évoqué l’aspect unitarisme de cet accord qui selon eux, fait très peu place à l’unité nationale et à la coexistence pacifique dans le pays. Pour l’opposition, nombre de sujets préalablement arrêtés doivent être supprimés : exit le projet de tenue de consultations référendaire autour des points portant sur les emblèmes nationaux, telle la modification du drapeau national et celle de l’hymne national. Exit aussi le projet d’assimilation de certaines couches des populations nationales par le biais d’une arabisation poussée. Réclamant l’unité nationale effective, l’opposition compte poser d’emblée un certain nombre d’actes concrets qui répondent à des attentes pressantes : déclarer l’officialisation de toutes les langues nationales, acter la représentativité des langues et cultures dans les médias nationaux, rectifier le processus d’enrôlement à travers une recomposition plus équilibrée, mettre en place un processus de gestion transparente des richesses nationales afin de partager lesdites richesses également entre toutes les composantes nationales et l’ensemble des individus… « Des enchères »… C’est ce que le Pouvoir aurait soutenu même s’il reconnaît que nombre de points soulevés par ses interlocuteurs ont contenus dans le document final du dernier dialogue inclusif. Pour le Pouvoir, les dernières conclusions du dialogue national inclusif ne peuvent en aucun cas être remises en question dès lors où le processus de leur adaptation est déjà en cours qui devrait prendre forme incessamment avec l’organisation d’un referendum. La perspective de rencontres avec l’ensemble des partis politiques et l’ensemble des leaders de la société civile vise plutôt à trouver les moyens de renforcement des acquis parmi lesquels, les conclusions du dernier dialogue national.
Aux dernières nouvelles, la rupture est définitive. Le Pouvoir semble plus que jamais déterminé à poursuivre son calendrier politique qui sera enclenché dans quelques jours par la campagne référendaire, qui sera lancée par le président de la République à partir de Néma. L’opposition quant à elle, a décidé de rester en marge de ce processus, non sans s’engager dans l’arène pour faire barrage au projet de révision de la constitution.
Avec un tel scénario, la question qui se pose est de savoir si l’opposition radicale entière va aller jusqu’au bout de ses revendications en boycottant, le cas échéant, les futures consultations électorales - nées des dernières consultations- notamment les législatives couplées aux municipales et la présidentielle de 2019… ou, au contraire, une partie de cette opposition – finira par prendre le train en marche. Il s’agit ici des Islamistes de Tewassoul qui se sont toujours abstenus au boycott et qui disposent présentement, d’un groupe parlementaire à l’assemblée nationale ?

MOMS





Commentaires




New Page 1

Le Journal



   Politique  

La triste baguette de l’année 2018

--------------------------

En attendant la présidentielle… Equation à une (...)

--------------------------

Démission massive du parti de l’opposition, l’Alliance (...)

--------------------------


   Economie  

Tasiast appuie le développement des compétences (...)

--------------------------

Mauritanie : les orpailleurs en route pour le nouvel (...)

--------------------------

Les patrons pour une suppression du visa entre le Maroc (...)

--------------------------


   Social  

D’une plainte individuelle à une affaire d’Etat, ou (...)

--------------------------

Pouvoir citoyen dans des communautés de base

--------------------------


   Culture  

Coumba Gawlo présente son nouvel album « Terrou War » à (...)

--------------------------

Les doits de l’enfant à l’Assemblée nationale mauritanienne

--------------------------


   International  

FATIMATA SY, DIRECTRICE DE L’UNITE DE COORDINATION DU (...)

--------------------------

A Ouagadougou, les féministes ouest-africaines adressent (...)

--------------------------


   Médias  

Communiqué de presse

--------------------------

Conférence à Nouakchott sur les relations maroco-mauritanienne

--------------------------


   Sport  

CAN 2019 : l’Egypte et l’Afrique du Sud seules (...)

--------------------------

Le Maroc ne veut pas de la CAN

--------------------------