Conflit fatal

jeudi 5 octobre 2017
popularité : 0%

les Mauritaniens n’ont été autant divisés que ces derniers mois. Et le pire est qu’au grand dam des populations du pays, rien n’augure de relations apaisées entre les acteurs de la scène publique, notamment ceux du pouvoir et ceux de l’opposition. Aujourd’hui, l’opposition s’est davantage radicalisée et le Pouvoir s’est davantage renfermé sur lui, tant bien que la rupture semble consommée. Après huit ans de conflits permanents - qui coïncident avec les huit années de la présidence de Ould Abdel Aziz-, c’est l’impasse. Conséquences : l’opposition, regroupée autour du Forum n’a plus le choix et décide de jouer pleinement son rôle de contre-pouvoir, sans concession ; et le pouvoir hanté par 2019 qui coïncide avec la fin de son second mandat- normalement le dernier, selon la constitution -. n’a lui aussi pas le choix. Partant, il décide de prendre le pays « en otage » pour le gérer sans partage.
C’est ce qui explique cette « chasse aux sorcières « engagée contre tous ceux-là qui sont capables de se poser en obstacles parmi lesquelles l’homme d’affaires Mohamed Ould Bouamattou et les tenants du pouvoir économique soupçonnés d’être proches de celui-ci.
C’est aussi ce qui explique la radicalisation du pouvoir résolument engagé pour « détruire les leaders politiques de l’opposition et certains acteurs de la société civile.
C’est surtout ce qui explique les derniers réflexes de ce pouvoir qui a décidé de bouter loin des centres de décision tous ceux-là qui ne partagent pas ses vues.
En tout tat de cause, le grand perdant dans ce conflit n’est autre que la Mauritanie. Parce que c’est une hérésie que de croire que la Mauritanie peut être bâtie sans tous ses fils. C’est une erreur grave que de penser que ce pays, cher à ses populations, peut se bâtir sans la participation de tous. Il faut bien le dire, cet édifice que nous espérons tous construire perdra de sa robustesse et de sa splendeur s’il n’est pas permis à chaque citoyen d’apporter sa brique ou son coup de pinceau. Il va fatalement s’autodétruire à terme si nous insistons dans la contradiction aveugle, l’exclusion d’une partie de ses fils et la haine entre ceux là qui aspirent à nous diriger.
Après huit ans de conflit, le temps est venu pour la Mauritanie de dépasser définitivement les clivages politiques pour construire une Nation unie dans laquelle toutes les catégories du peuple se retrouvent ; un pays qui assure le bien être de tous ses enfants et garantit leur émancipation.
Y en a marre. Le peuple mauritanien n’a que trop souffert de l’amateurisme des petits nazilleux en herbe, des extrémistes de tous bords et des politiciens aveugles
Nous ne dirons jamais assez que tout pouvoir qui refuse de s’ouvrir, qui reste obnubilé par la détention des centres de décision du pays et qui ne prend en charge l’ensemble des problèmes et revendications de tous les Mauritaniens est voué à sa perte.
Face au blocage sans fin du quotidien des populations provoqué par la guerre que se livrent les deux blocs en présence, le temps est venu pour l’émergence d’une société civile forte.
Comme cela s’est produit lors du soulèvement du peuple frère du Mali contre son ancien président Moussa Traoré et plus récemment au Burkina Faso avec la fuite du président Campaoré. Les patriotes sincères et les démocrates convaincus qui transcendent le nombrilisme imbécile doivent faire bloc contre la résurgence du particularisme primaire et étouffer le nouveau souffle de l’exclusion qui commence à renaître.

.Amar Ould Béja





Commentaires




New Page 1

Le Journal



   Politique  

Troisième mandat Acte II et Acte III

--------------------------

Scrutins de 2018 ou lecture croisée sur une reconfiguration

--------------------------

L’APP aux côtés de l’UPR lors du deuxième tour

--------------------------


   Economie  

Anticiper sur la Mauritanie Post-gaz 2021

--------------------------

Coopérativisme en Mauritanie, une autre vision du (...)

--------------------------

Mauritanie : 15 jours aux prestataires de transfert (...)

--------------------------


   Social  

Mauritanie : les autorités ordonnent la fermeture du (...)

--------------------------

PELIMIR/ Boghé, des femmes rurales ambitieuses

--------------------------


   Culture  

Un nouvel Album de Coumba Gawlo

--------------------------

Dîner-gala très coloré de Coumba Gawlo avec une symbiose (...)

--------------------------


   International  

Délégation de l’Union européenne : Déclaration locale sur (...)

--------------------------

Mali : le président Ibrahim Boubacar Keïta investi pour (...)

--------------------------


   Médias  

Pétition Contre l’esclavage : Démenti au démenti du (...)

--------------------------

Misère et bonheur de la presse écrite

--------------------------


   Sport  

Les Mourabitounes au tournoi de Cotif Le sort du (...)

--------------------------

La Ligne régionale de Hand-Ball de l’Assaba élit ses (...)

--------------------------