A l’approche des élections générales, la CENI multiplie les bourdes

mardi 31 juillet 2018
popularité : 0%

Une Commission électorale nationale indépendante (CENI) non consensuelle, décriée, incompétente et ignorante de ses missions. Voilà l’institution qui va présider dans quelques mois à des élections décisives dans l’histoire de la Mauritanie. Depuis sa création, elle multiplie les bourdes en se faisant taper deux fois sur les doigts par la Chambre administrative près de la Cour suprême.

Près de deux mois après leur désignation, les membres de la CENI ne semblent pas toujours au frais de leurs prérogatives. La première décision que cette institution avait prise il y a plus d’une semaine, c’était de reporter de quatre jours, bien au-delà des délais légaux, la date de clôture du dépôt des candidatures pour les municipales et législatives de septembre 2018. Et elle se fendit au besoin par un communiqué largement diffusé. Mais mal lui en sera pris, car quelques heures plus tard, le gouvernement par l’entremise du Ministère de l’Intérieur introduisit une plainte auprès de la Chambre administrative près de la Cour Suprême qui annula cette décision de report. Ce qui obligea la CENI à se fendre d’un deuxième communiqué, pour annoncer que la mesure qu’elle avait prise était nulle et non avenue. Mais le mal a déjà été fait, car plusieurs candidats qui avaient pris acte de la première décision, seront pris au dépourvu. Les listes qu’ils pensaient pouvoir déposer en faveur de la clémence de la CENI, ne le seront jamais.

Quelques jours plus tard, la CENI se fera rappeler à l’ordre. En effet, sa décision d’instituer l’inscription à distance sur les listes électorales pour les prochaines élections a été également annulée par la Chambre administrative près de la Cour Suprême.

Avec de telles bourdes, ajoutées à la démission de son président pour dit-on, raison de santé, et la nomination d’un ancien opposant en la personne de Mohamed Vall Ould Bellal, ex-ministre des Affaires étrangères durant les périodes les plus sombres de l’histoire de la Mauritanie, en disent long sur une CENI dont on doute fort de sa capacité à mener dans les règles de l’art, des consultations cruciales où pour la deuxième fois dans l’histoire du pays, les Mauritaniens auront peut-être l’opportunité de vivre d’importants bouleversements politiques et une alternance qui déterminera leur avenir.

Cheikh Aïdara





Commentaires



New Page 1

Le Journal



   Politique  

Ould Abdel Aziz, abandonné par les siens !

--------------------------

Affaire Ehel Bneijara- Oulad Melouk : un conflit (...)

--------------------------

PARTI « AGIR POUR VIVRE ENSEMBLE PAR LA CITOYENNETE (...)

--------------------------


   Economie  

Foire de Timbedra, l’élément déclencheur du développement (...)

--------------------------

Exposition « Terre et Mer », quand le BIT valorise (...)

--------------------------

Phase 2 Projet SWEDD, la Première Dame donne le top à (...)

--------------------------


   Social  

Pénurie d’engrais, la crise qui a failli faire sombrer la (...)

--------------------------

Le Commissariat aux Droits de l’Homme partage la (...)

--------------------------


   Culture  

Djiefoulbé Bâ, l’élégance d’une lauréate au cœur d’une (...)

--------------------------

« Traversées Mauritanides » lance sa 2ème édition « Hiver (...)

--------------------------


   International  

Mali : Le colonel Goïta annonce avoir démis le président (...)

--------------------------

Joe Biden élu président des États-Unis

--------------------------


   Médias  

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

--------------------------

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

--------------------------


   Sport  

CAN 2021 : Les Mourabitounes fixés sur leur sort

--------------------------

Bras-de-fer entre Taleb Sid’Ahmed et Ahmed Ould Yahya Le (...)

--------------------------