Mauritanie - Sénégal De la poudre de feu en mer

jeudi 19 octobre 2017
popularité : 0%

Pour la troisième fois en dix mois, les gardes-côtes mauritaniens ont tiré sur des pêcheurs sénégalais qui s’aventuraient dans les eaux nationales. C’était lundi dernier aux environs de N’Diago. Bilan : 6 blessés dont un gravement.
Une fois de plus, les armes ont tonné dans les zones maritimes mauritaniennes. Lundi dernier, deux embarcations sénégalaises ont essuyé des tirs des gardes-côtes mauritaniens alors qu’elles pêchaient hors de leur territoire marin. 6 personnes seraient blessées dont une gravement et 24 autres ont été mises aux arrêts puis transférées à Rosso. Aux dernières nouvelles, elles seraient relâchées. De sources dignes de foi, les pêcheurs sénégalais qui sont entrés frauduleusement sur la zone maritime, ont été très tôt signalés par les radars avant d’être sommés de se rendre. Et au lieu de s’exécuter, ces derniers auraient décidé de s’enfuir, provoquant une course poursuite effrénée avec les militaires mauritaniens. Selon toujours ces sources, dans leur fuite, les Sénégalais auraient tenté de jeter de l’essence sur l’eau ; ce qui pourrait se répercuter sur les militaires qui usaient déjà de leurs armes à feu. C’est ce qui aurait provoqué le courroux de ces derniers qui ont fini par redoubler d’efforts pour parvenir à maitriser leurs cibles. Selon les pêcheurs sénégalais, la vérité est autre : « Ils nous ont arrosé de balles depuis leur navire alors que nous étions sans défense et sans armes. Nous leur avons dit que vous avez touché un de nos camarades, mais ils ont continué à tirer », témoignage un rescapé de la fusillade, qui ajoute : « Ils ont accéléré les tirs au moment où nous avons atteint les côtes de SALSAL. C’est en ce moment qu’ils ont blessé Babacar. Nous étiez sur la Langue de Barbarie ».
Il faut dire que ce genre d’incidents est désormais fréquent à la frontière maritime entre les deux pays. En juillet dernier, trois pêcheurs Saint-Louisiens avaient été atteints par des tirs de garde-côtes de la Mauritanie, dans des situations similaires. L’un d’eux, touché au cou, avait perdu la vie. Tout cela se passe sans que les Autorités des eux pays ne réagissent.
En janvier dernier, les licences accordées traditionnellement à la Mauritanie au profit des pêcheurs sénégalais n’avaient pas été renouvelées. Sans doute à cause de faits de la politique politicienne entretenue par les présidents des deux pays dont le moins que l’on puisse dire est qu’ils ne « s’aiment pas à la folie », En réaction, le président sénégalais avait demandé à ses ressortissants de mettre définitivement un terme à leurs activités de pêche sur les eaux de Mauritanie. Dans la foulée, il avait remis à chacun des pêcheurs qui avaient répondu à son appel, une enveloppe de 2 millions de Francs. CFA et un moteur de pirogue. Il avait promis de leur trouver d’autres zones de pêche dans des pays autres que la Mauritanie. La promesse est restée en l’état, et les pêcheurs, dans leur quête de survie, ont repris leurs activités, à leur risque et péril. Par ailleurs, ceux d’entre eux qui avaient décidé de se rende dans des campements de pêche situés le long de l’océan, côté mauritanien, ne se trouvent pas dans des situations meilleures ; la semaine dernière, ils ont connu de vives altercations avec des gardes-côtes mauritaniens et sont depuis, interdits d’activité sur le territoire mauritanien.

JOB





Commentaires




New Page 1

Le Journal



   Politique  

La triste baguette de l’année 2018

--------------------------

En attendant la présidentielle… Equation à une (...)

--------------------------

Démission massive du parti de l’opposition, l’Alliance (...)

--------------------------


   Economie  

Tasiast appuie le développement des compétences (...)

--------------------------

Mauritanie : les orpailleurs en route pour le nouvel (...)

--------------------------

Les patrons pour une suppression du visa entre le Maroc (...)

--------------------------


   Social  

D’une plainte individuelle à une affaire d’Etat, ou (...)

--------------------------

Pouvoir citoyen dans des communautés de base

--------------------------


   Culture  

Coumba Gawlo présente son nouvel album « Terrou War » à (...)

--------------------------

Les doits de l’enfant à l’Assemblée nationale mauritanienne

--------------------------


   International  

FATIMATA SY, DIRECTRICE DE L’UNITE DE COORDINATION DU (...)

--------------------------

A Ouagadougou, les féministes ouest-africaines adressent (...)

--------------------------


   Médias  

Communiqué de presse

--------------------------

Conférence à Nouakchott sur les relations maroco-mauritanienne

--------------------------


   Sport  

CAN 2019 : l’Egypte et l’Afrique du Sud seules (...)

--------------------------

Le Maroc ne veut pas de la CAN

--------------------------