Usage de faux

jeudi 23 février 2017
popularité : 0%

Dans la Moughataa de Sebkha, ceux qui croyaient la pratique d’arnaque révolue, en ont eu pour leurs frais. Mardi dernier, des agents de police ont mis aux arrêts le nommé Harouna Dieng, pour « faux et usage de faux ». L’homme se réclamait de la Brigade des mœurs. Il avait l’habitude de se présenter aux domiciles de quelques étrangers, pour leur soutirer de l’argent, sous prétexte qu’il les protégeait. Étaient ciblés, les étrangers qui résidaient illégalement sur le territoire national.
Ceux qui ne se pliaient pas à sa loi, étaient chaque fois menacés d’expulsion. Et ce sont ces menaces d’expulsion de Nouakchott qui ont finalement conduit à l’arrestation du faux policier. Mardi après midi, il revenait pour la nième fois réclamer de l’argent d’une famille sierra léonaise. Celle-ci, ne voulait manifestement pas s’exécuter cette fois. Et pour exprimer son ras le bol, elle n’a trouvé d’autre remède que de crier sa colère, ameutant à l’occasion tous les locataires. Alors qu’un attroupement se formait autour de la famille et de son hôte du jour, des agents de police en fraction se présentaient sur les lieux.
Constatant qu’il faisait face à des policiers, l’homme tenta de calmer ses interlocuteurs. Les agents qui le connaissaient, l’interpellèrent pour en savoir plus sur ce qui se passait. « Ce n’est rien ! Seulement un couple qui ne s’entendait pas, que j’étais en train de réconcilier », dit-il. Assertion que les membres de l’assemblée réfutèrent, non sans dire aux policiers ce que leur coûtait l’homme. Les agents se retirèrent de côté pour le convoquer par son nom. Ils le connaissaient.
Il s’agissait de Harouna Dieng, connu pour être l’un des plus grands délinquants de la Moughataa. Il avait été arrêté deux fois en 2014 et 2015, pour les mêmes pratiques. Il fut conduit immédiatement au commissariat de police.
Ainsi, les populations ont été libérées, pour quelque temps certainement, d’un homme qui avait pris l’habitude de se servir d’elle pour ses comptes personnels.
Il faut dire que cette pratique est la plus utilisée par les délinquants, dans les quartiers de Nouakchott qui regorgent d’étrangers provenant de l’Afrique de l’ouest. En fait, elle leur rapporterait gros.
Ahmed. B





Commentaires




New Page 1

Le Journal



   Politique  

La triste baguette de l’année 2018

--------------------------

En attendant la présidentielle… Equation à une (...)

--------------------------

Démission massive du parti de l’opposition, l’Alliance (...)

--------------------------


   Economie  

Mauritanides Tasiast Mauritanie, au service de (...)

--------------------------

Pétition signée par le Chef de l’Etat et Prix du meilleur (...)

--------------------------

La rivière de M’Silé en Assaba, un modèle de gouvernance (...)

--------------------------


   Social  

Session de formation à Rosso sur l’organisation, la (...)

--------------------------

Lancement de la plateforme mauritanienne sur la gestion (...)

--------------------------


   Culture  

Coumba Gawlo présente son nouvel album « Terrou War » à (...)

--------------------------

Les doits de l’enfant à l’Assemblée nationale mauritanienne

--------------------------


   International  

A Ouagadougou, les féministes ouest-africaines adressent (...)

--------------------------

Cherif Chekatt, tué à Strasbourg

--------------------------


   Médias  

Conférence à Nouakchott sur les relations maroco-mauritanienne

--------------------------

28 novembre Horrible anniversaire

--------------------------


   Sport  

CAN 2019 : l’Egypte et l’Afrique du Sud seules (...)

--------------------------

Le Maroc ne veut pas de la CAN

--------------------------