Le spéculateur devant la police

lundi 28 mars 2016
popularité : 0%

Il s’appelle Aly Ould Ahmedou et se trouve aux mains de la police depuis lundi dernier. L’homme est connu de toutes les populations d’Arafat et de Ryadh. Propriétaire foncier, il est surtout connu du fait qu’il passe le plus clair de son temps dans les commissariats et devant les tribunaux de la Moughataa. Convoqué des dizaines de fois devant l’Autorité administrative, il devait chaque fois répondre de accusations de fausse propriété qu’il prétend détenir. Depuis lundi, et après qu’une dame de la haute société ait porté plainte contre lui, il a été démaqué, et son réseau avec ! Bien que septuagénaire, Aly était un homme actif. Il passait la journée à sillonner les quartiers périphériques, à la recherche de parcelles libres. Dès qu’il en remarquait un, qui à ses yeux, était abandonné, il envoyait ses collaborateurs en inspection avec pour mission de connaitre le propriétaire du terrain cible. Chaque fois que ce dernier était inconnu de ses voisins, voilà Aly se précipiter à lui établir des documents administratifs avant de commencer à y élever une construction. A plusieurs reprises, l’homme a eu é répondre de ses actes devant la police et devant les Tribunaux. Maintes fois, il a été éconduit.

Mais aussi, maintes fois, il est parvenu à triompher. Et chaque fois qu’il a été éconduit, il a bénéficié de remboursements. C’est certainement pour tout cela qu’il a continué, des années durant dans ces pratiques, persuadé qu’il est, qu’il ne perd rien, dans tous les cas.

Lundi, il a été mené devant la commissaire d’Arafat pour un terrain qu’il a usurpé à une dame, qui plus est un artiste de renom national. Conduit devant la police, mal lui en prendra quand, pour justifier que la concession est bel et bien sienne, il s’appuya sur un de ses collaborateurs. Il se trouve que ce dernier est le frère ainé de la plaignante. Après quelques instants de confrontation avec les deux belligérants, ce dernier prit fait et cause pour sa sœur. Irrité Aly traita son vis-à-vis de tous les noms d’oiseaux. Et dans la foulée de la dispute, le jeune témoin finit, preuves à la main, par dénoncer Aly qui serait « un voleur futé ». Suffisant pour qu’une enquête soit lancée qui a conduit les policiers à découvrir un impressionnant réseau de production et de falsifications de documents fonciers !
Depuis, les preuves ne cessent pas de tomer chaque jour davantage, sur les forfaits de l’accusé qui devrait être acheminé en fin de semaine devant le Parquet.

Un caïd multirécidiviste de retour
Les cas de récidives se multiplient en Mauritanie. Les habitués des prisons ont tellement pris goût dans leur aller-retour épisodiques entre la ville, où ils vont pour faire des coups, et leur cellule, où ils se la coulent douce, que le phénomène est devenu banal. Si cette catégorie de délinquants recevait la pleine mesure de ses forfaits, à savoir des doublements de peine à chaque nouvelle condamnation, elle finira par se retrouver avec des dizaines d’années de réclusion, de quoi les écarter définitivement de la société. Au lieu de cela, ils se retrouvent toujours en liberté au bout de quelques temps, grâce à des combines qui leur permettent de s’en sortir.
Ben Yahya dit « Danger » est l’un de ces endurcis des prisons mauritaniennes. Ancien garde et élément dangereux de la pègre d’El Mina où il est assez bien connu, il a été arrêté tout dernièrement pour avoir volé un mouton au marché à bétail, encore appelé "Marbatt d’El Mina". Il a été pris la main dans le sac. A la plainte du propriétaire du mouton, s’était ajouté celle d’une femme qui déplorait le vol de son salon de coiffure, et celle autre d’un boutiquier qui avait vu ses cartes de téléphone disparaître après l’infraction de sa boutique.

Tous ces derniers ne savaient pas que l’auteur n’est autre que Mohamed Vall. Celui-ci avouera à la police, tous ces larcins. Ce qui lui valut un interrogatoire de trois jours, la police voulant certainement tirer de lui, un maximum d’informations. Une attitude qui a rapidement payé parce que « Danger » conduira auprès d’un de ses receleurs à qui il avait vendu une partie volée, notamment des cartes de téléphonie. Il les conduira aussi auprès d’une dame qui venait d’ouvrir un salon de coiffure. Finalement, c’est ce groupe de trois personnes qui devra être conduit ce jeudi au Parquet, l’enquête prouvant que les deux receleurs ont au fait des us de leur « fournisseur ».

Ahmed. B





Commentaires




New Page 1

Le Journal



   Politique  

Élection présidentielle Ould Abdel Aziz ne...

--------------------------

L’APP fustige l’UPR

--------------------------

Bouillonnement pré-électoral : le pouvoir prépare une sale (...)

--------------------------


   Economie  

Mettre les pêcheurs artisanaux mauritaniens aux normes (...)

--------------------------

Chaîne de valeur de la sardinelle : comment aller (...)

--------------------------

Accords de pêche Mauritanie-Sénégal : Poissons contre (...)

--------------------------


   Social  

A Nouakchott, les religieux du Sahel engagés pour (...)

--------------------------

Parlementaires ACP-UE : la presse nationale bute sur un (...)

--------------------------


   Culture  

Semaine de la Francophonie : Ahmed Hamza répond aux (...)

--------------------------

6ème édition Festival Sagesses Populaires : une nouvelle (...)

--------------------------


   International  

Mort du pêcheur sénégalais : Macky attendu à Nouakchott et (...)

--------------------------

Guinée équatoriale : tentative de coup d’État déjouée (...)

--------------------------


   Médias  

« Ana Hartani Mani Barani » La revendication de (...)

--------------------------

La journée de Lutte Contre les Violences Faites aux (...)

--------------------------


   Sport  

Affaire du transfert des joueurs de la Concorde : le (...)

--------------------------

CHAN 2018 L’heure du bilan des Mourabitounes

--------------------------