Fini le mystère sur la disparition des moutons

mardi 1er novembre 2016
popularité : 0%

Depuis la dernière fête d’El Id El Kebir, les marchés de bétail de Nouakchott n’ont jamais su où donner de la tête, incapables qu’ils étaient, de s’expliquer la disparition quotidienne de moutons. Comme par enchantement, trois à quatre moutons disparaissaient, du marché de bétail, chaque jour. Pour le bonheur des « Dioulas » et autres vendeurs de moutons », l’énigme est résolue depuis jeudi dernier, après le démantèlement d’un gang spécialisé dans le vol de bétail. Au nombre de cinq personnes, ce groupe avait l’habitude d’opérer en équipe. Ils avaient une technique particulière qui consistait à se présenter ensemble chez un vendeur de moutons et à engager des discussions sans fin sur les prix. Alors que quatre d’entre eux occupaient leur hôte, le cinquième repérait l’animal le plus docile, pour le traîner avec lui. Jeudi, ils ont arrêtés alors qu’ils venaient juste de réussir leur coup au Marbath situé au nord de l’ancien aéroport de Nouakchott. C’est un vendeur avec qui ils avaient affaire la veille et qui avait constaté la disparition d’un de ses moutons après qu’ils aient pris congé de lui, qui les a repérés. Pour plus de prudence, l’homme avait pris soin de se faire accompagner par plusieurs de ses compagnons. Placés à quelques mètres de leurs visiteurs, ils aperçurent toute la scène. Et ce fut au moment où l’un des chapardeurs commençait à traîner un mouton qu’ils intervinrent. Le manège était découvert, et brusquement, tout le groupe de voleurs fut pris à partie, par des hommes, tous victimes de vols. Des coups fusèrent de partout dans une bataille générale qui ne prit fin qu’avec l’intervention d’un policier de passage, aidé de riverains.
Accusé de vol, les cinq personnes furent conduites au commissariat de police où elles ont été d’emblée identifiées et entendues. Il s’agit de multirécidivistes (Sabar, Cheikh Joe, Aliou Di, Sid’Boba, Vlan et Isselkou), particulièrement connus dans le braquage. Très vite, ils reconnaitront les accusations portées contre eux, soulignant plus tard que ce sont bien eux, les auteurs des derniers vols constatés dans les marchés de bétail. Selon leur chef Isselkou, ils se sont habitués à la pratique depuis les derniers engouements dans les marchés de bétail lors de la fête de Tabaski 2016. Ayant réussi plusieurs coups pendant ces jours de grande affluence, ils avaient tout simplement décidé de continuer à voler des moutons, en prenant soin de changer chaque fois de site d’intervention dans la capitale. C’était pour eux, une manière facile de se faire de l’argent puisque le mouton volé était immédiatement vendu aux bouchers.
Ahmed B





Commentaires



New Page 1

Le Journal



   Politique  

Ould Abdel Aziz, abandonné par les siens !

--------------------------

Affaire Ehel Bneijara- Oulad Melouk : un conflit (...)

--------------------------

PARTI « AGIR POUR VIVRE ENSEMBLE PAR LA CITOYENNETE (...)

--------------------------


   Economie  

Marché à bétail de Boghé, éleveurs et courtiers ont pris (...)

--------------------------

Foire de Timbedra, l’élément déclencheur du développement (...)

--------------------------

Exposition « Terre et Mer », quand le BIT valorise (...)

--------------------------


   Social  

Pénurie d’engrais, la crise qui a failli faire sombrer la (...)

--------------------------

Le Commissariat aux Droits de l’Homme partage la (...)

--------------------------


   Culture  

Djiefoulbé Bâ, l’élégance d’une lauréate au cœur d’une (...)

--------------------------

« Traversées Mauritanides » lance sa 2ème édition « Hiver (...)

--------------------------


   International  

Mali : Le colonel Goïta annonce avoir démis le président (...)

--------------------------

Joe Biden élu président des États-Unis

--------------------------


   Médias  

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

--------------------------

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

--------------------------


   Sport  

CAN 2021 : Les Mourabitounes fixés sur leur sort

--------------------------

Bras-de-fer entre Taleb Sid’Ahmed et Ahmed Ould Yahya Le (...)

--------------------------