Arrestation d’un des plus grands escrocs de Nouakchott

vendredi 1er avril 2016
popularité : 0%

Selon des sources généralement bien informées, les services de la police judiciaire et de la gendarmerie nationale ont arrêté l’un des plus grands escrocs dès sa descente d’avion en provenance de la Tunisie. Mohamed Lemine est accusé de plusieurs opérations d’escroquerie aux dépens des bourses de vente de voitures d’occasion. Il semblerait que sa technique opérationnelle est d’une ingéniosité diabolique.
Actuellement détenu en garde-à-vue au commissariat de Ksar, Mohamed Lemine serait bien connu dans les couloirs de la sécurité mauritanienne. Il ferait partie d’un des plus grands trafiquants de devises. Il aurait également plusieurs antécédents dans des opérations d’escroquerie de haute facture.

Un salafiste condamné à 2 ans
La Cour d’Appel de la Wilaya de Nouakchott a confirmé la condamnation d’un Salafiste algérien, Omar Atawati, détenu à la prison de Dar Naïm de Nouakchott. Pire, la cour a rajouté deux années à la peine rendue en première instance était de 3 ans. Ainsi, l’Algérie accusé d’activités terroristes ou ayant des liens avec les groupes radicaux du Nord Mali, devra purger 5 ans de prison. Il a été arrêté par les forces mauritaniennes à la frontière avec le Nord Mali.

Un tailleur indélicat
Le maitre couturier B. Alioune va devoir désormais revoir ses ardeurs quand il aura à mesurer les menstruations de ses clientes. Jeudi dernier, son atelier, juxtaposé à l’Agence de la Somelec d’El Mina, est resté des heures durant occupé de curieux. La cause, vers les coups de 11 Heures, une bagarre a éclaté sur les lieux entre une de ses clientes et lui. Venue pour prendre les mesures de quelques habits qu’elle voulait s’offrir, D.S a très vite remarqué que son couturier était mu par des intentions, pas du tout professionnelles. B. Alioune, manifestement charmé par la force angélique de son hôte, faisait s’était séparé de ses outils, arguant qu’ils étaient défectueux. En lieu et place de on mètre, il utilisait le mesure de ses doigts, invitant du coup une unité de mesure allant de son pouce à son index. L’occasion pour lui, de faire passer ses mains sur la dos de sa cliente, sur son épaule. Arrivé au niveau de l’arrière garde de sa cliente, le voilà qui appuyait fort dans la touche. Il était alors clair pour D. S que les intentions du tailleur étaient particulières.

D’un geste vif, elle se retournait pour lui envoyer une claque en pleine figure. Branle bas de combat dans le salon où chaises et bancs furent reversés et des stocks d’habits envolés dans le vent. Très vive et manifestement, la dame n’avait pas fini de son vis-à-vis qu’elle terrassa avant de le plaquer au sol. L’homme appelait à présent à l’aide.

Et n’eût été l’intervention de passants, il se retrouverait en urgence dans un dispensaire. Epargné de la fougue de sa visiteuse, il pouvait à présent reprendre ses esprits. Il la qualifié de folle et jura par tous les cieux qu’il n’a jamais d’autre intention que de lui prendre ses mesures. Mais, la cause était d’avance perdue ! Toutes les femmes qui avaient été attirées par la bagarre et qui se trouvaient dans la foule apportèrent leurs témoignages : ce n’état pas la première fois que le couturier était accusé d’attouchements ! Au moins, une fois par semaine, il avait été mêlé dans des histoires du genre. Et ses nombreuses clientes en savaient bien quelque chose. Seulement, disposant d’excellentes dispositions professionnelles, c’est vers lui que se dirigeaient nombre de femmes qui voulaient s’offrir de beaux habits. Le problème, c’est sur les bords, il avait de côtés, de perverti sexuel.

L’assemblée décida de ne pas acheminer cette histoire vers la police. La punition était de pousser ses clientes à le boycotter, en divulguant ce qui s’est passé.
Tout penaud, B. Alioune s’en remit à son sort. Il se leva, ferma les portes de sa boutiques et disparut.

Depuis, la boutique est fermée. A ses voisins, il aurait annoncé qu’il se prépare à migrer vers une autre ville de la Mauritanie, certainement à Nouadhibou

Ahmed..B





Commentaires




New Page 1

Le Journal



   Politique  

La triste baguette de l’année 2018

--------------------------

En attendant la présidentielle… Equation à une (...)

--------------------------

Démission massive du parti de l’opposition, l’Alliance (...)

--------------------------


   Economie  

Mauritanides Tasiast Mauritanie, au service de (...)

--------------------------

Pétition signée par le Chef de l’Etat et Prix du meilleur (...)

--------------------------

La rivière de M’Silé en Assaba, un modèle de gouvernance (...)

--------------------------


   Social  

Pouvoir citoyen dans des communautés de base

--------------------------

Condoléances du Conseil municipal de Rosso à la famille (...)

--------------------------


   Culture  

Coumba Gawlo présente son nouvel album « Terrou War » à (...)

--------------------------

Les doits de l’enfant à l’Assemblée nationale mauritanienne

--------------------------


   International  

FATIMATA SY, DIRECTRICE DE L’UNITE DE COORDINATION DU (...)

--------------------------

A Ouagadougou, les féministes ouest-africaines adressent (...)

--------------------------


   Médias  

Conférence à Nouakchott sur les relations maroco-mauritanienne

--------------------------

28 novembre Horrible anniversaire

--------------------------


   Sport  

CAN 2019 : l’Egypte et l’Afrique du Sud seules (...)

--------------------------

Le Maroc ne veut pas de la CAN

--------------------------